Moby Dick, de Herman Melville

Lors d’un exercice de traduction, j’ai entendu dire d’Herman Melville que certains de ces romans étaient tellement complexes que même les anglophones ne les comprenaient pas. Ce n’est heureusement pas le cas de Moby Dick, que j’ai pu lire dans le texte sans difficulté majeure de compréhension. Je n’irai toutefois pas jusqu’à dire que c’est une œuvre facile d’accès : tortueux, mélancolique, méditatif, c’est le genre de roman qu’il faut relire plusieurs fois pour en saisir pleinement la portée. De Moby Dick, je retiens le début, hautement comique, quand Ismaël se retrouve contraint de partager son lit avec le colossal Queequeg. Je garde également le souvenir de passages très philosophiques : la...

Lire la suite

Le Mystère de la patience, de Jostein Gaarder

Ce roman norvégien raconte l’histoire d’un petit garçon nommé Hans-Thomas, qui à 11 ans va traverser l’Europe avec son père afin de gagner la Grèce, où vit sa mère. Ce voyage aurait pu être ordinaire sans l’intervention d’un nain, qui les envoie sur un chemin imprévu où les attendent de nombreuses rencontres aussi insolites que mystérieuses. Mystère, c’est bien le mot juste pour ce roman, divisé en 52 chapitres, qui correspondent chacun à une carte à jouer ; quant à la patience, en plus d’être une des vertus dont Hans-Thomas devra s’armer, c’est aussi l’autre nom de la réussite, ou solitaire, que nous connaissons tous ! J’ai adoré Le Mystère de la patience. Concis, onirique, philosophique,...

Lire la suite

La sagesse des mythes, de Luc Ferry

Avant de lire Apprendre à vivre 2 – La sagesse des mythes, je pensais connaître la mythologie grecque. J’ai découvert qu’en plus d’avoir des connaissances approximatives, je ne m’étais jamais interrogée sur le sens profond des mythes, et que sans Luc Ferry j’aurais vraiment raté quelque chose d’énorme. Il développe dans cet ouvrage tous les mythes principaux, et en explique la signification d’une manière aussi drôle qu’intelligente. Nous commençons avec le grand commencement : la naissance des dieux olympiens. Derrière ces divinités qui nous semblent immuables se cache une parenté dont l’ampleur n’a d’égale que les incessantes guerres et tribulations. Les titans Cronos et Rhéa, mais aussi de nombreux autres, eux-mêmes enfants de divinités cosmiques, tels que le...

Lire la suite