À l’Ouest, rien de nouveau, d’Erich Maria Remarque

Le succès retentissant connu par À l’Ouest, rien de nouveau lors de sa publication en 1929 est justifié. Incisif, d’un réalisme impitoyable, ce plaidoyer pacifiste d’Erich Maria Remarque conte l’histoire partiellement autobiographique de Paul Bäumer, engagé volontaire durant la Première Guerre Mondiale. Rejoignant le conflit en 1916 suite aux incitations de son professeur nationaliste, le narrateur découvre l’horreur des tranchées et d’une guerre absurde. Il voit ses amis mourir, vit dans la crasse et, lorsqu’il ne combat pas les rats et les poux, se débat vainement contre la peur, les grenades, le gaz et le feu aveugle d’une injustice universelle. À travers l’expérience de Paul, À l’Ouest, rien de...

Lire la suite

Un si petit oiseau, de Marie Pavlenko

Reçu dans le cadre d’un partenariat avec Babelio, Un si petit oiseau fait partie des romans que je n’aurais jamais lus de moi-même. Marie Pavlenko y conte l’histoire d’Abi, jeune femme d’une vingtaine d’années qui doit réapprendre à vivre après avoir perdu son bras dans un accident de voiture. La « quête de résilience » vantée par l’éditeur m’avait fait espérer une histoire difficile, sur la destruction puis la reconstruction de soi, l’exploration de ses limites, un récit qui m’apporterait un autre point de vue sur le monde. Le résultat est malheureusement très en-deçà de mes attentes : romance prévisible, blagues forcées, personnages stéréotypés, enchaînement de clichés, même l’écriture m’a...

Lire la suite

Gargantua, de François Rabelais

Publié vers 1534, Gargantua relate la vie du père de Pantagruel, héros des quatre autres romans qui composent la série écrite par François Rabelais. Vulgaire, grotesque, satirique, merveilleux, didactique, humaniste, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette œuvre hors-normes, qui n’a rien perdu de son actualité. De sa naissance à son accession au trône du royaume des géants, Rabelais nous conte, dans un style vivant et moderne, la vie de celui qui, dès sa venue au monde, a réclamé « à boire »… Pour, quelques années plus tard, inventer le « torchecul ». Comique, Gargantua l’est certainement ; n’y trouveront de la sagesse que ceux qui sauront en tirer la « substantifique moelle ». Chaque personnage tient dans le roman un rôle bien...

Lire la suite