World War Z, de Max Brooks

J’ai lu ce roman sur les conseils de ma correctrice en chef. N’ayant pas vu le film, j’abordais World War Z sans grande conviction : je m’attendais à une histoire classique de lutte pour la survie dans un monde post-apocalyptique. À ce préjugé s’ajoutait mon indifférence profonde à l’égard des zombies, qui ne m’ont jamais intéressée en tant que créatures fantastiques. Quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris cette série de témoignages imaginaires, issus de toutes les parties du monde, qui, rassemblés, racontent Une histoire orale de la guerre des zombies, sous-titre du récit de Max Brooks. Suspens, émotion et analyse se croisent à travers les expériences de personnages très différents auxquels je me suis tout de...

Lire la suite

Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

J’ai beaucoup entendu parler de ce roman avant de le lire. Un monde où on brûle les textes, un récit dont le titre indique la température à partir de laquelle un livre se consume, autant vous dire que j’étais fort intriguée. On m’a même révélé la fin de Fahrenheit 451, mais je n’aurai pas la cruauté de vous faire subir cette manie très déplaisante de certains professeurs de Français. Finalement lu dans le cadre de mes lectures autour de Grandir, l’œuvre de Ray Bradbury ne m’a pas autant plu ni marquée que je l’escomptais. Sans doute est-ce dû à la difficulté de la langue, l’anglais m’ayant paru ici particulièrement ardu ; j’ai pourtant très bien compris ce texte où la science-fiction prend la forme...

Lire la suite

La main gauche de la nuit, d’Ursula Le Guin

La main gauche de la nuit est le quatrième roman du Cycle de Hain, série de science-fiction qui compte six volumes principaux et quantité de nouvelles. À l’inverse de Terremer, dont la longue histoire fait intervenir les mêmes personnages, le Cycle de Hain narre le déploiement de l’Ekumen au fil des siècles. Cette alliance intergalactique réunit plusieurs dizaines de planètes : ce sont autant de territoires et de protagonistes qu’Ursula Le Guin explore à l’envi. La main gauche de la nuit se déroule sur Géthen-Nivôse, terre glaciaire habitée par des êtres humains hermaphrodites, parmi lesquels évolue Genly Aï, l’Envoyé de l’Ekumen… De sexe exclusivement masculin. C’est de son point de vue qu’est racontée...

Lire la suite