Super-héros : une histoire politique, de William Blanc

Essai acquis suite à la conférence de William Blanc au Salon Fantastique de Paris 2018, Super-héros : une histoire politique analyse l’évolution des États-Unis au fil de la naissance d’icônes comme Batman, Superman, Iron Man ou Wonder Woman. Loin de se résumer à des amas de clichés exaltant de manière manichéenne la toute-puissance américaine, les super-héros, souvent créés par des personnes issues de communautés juives ou noires, incarnent le rêve mais aussi les contradictions et les faiblesses d’un pays qui s’est voulu maître du monde durant le XXème siècle. Découvertes et réflexions sont au rendez-vous dans ce texte passionnant, amplement illustré, qui démontre avec brio la profondeur des surhumains costumés.

Combat de l’avenir contre le passé, de la liberté contre le totalitarisme, pour les droits des femmes, des noirs et des homosexuels, le genre super-héroïque rejoint en maintes occasions le camp des contestataires, que combattent avec ferveur les puritains blancs. Super-héros : une histoire politique nous apprend ainsi que les antagonistes des comics ont longtemps vécu dans des châteaux médiévaux et souligne le parallèle entre l’habillement des religieux fanatiques au temps de l’Inquisition et celui des membres du Ku Klux Klan. Batman lui-même, derrière ses armes de haute technologie, se comporte en tout point comme les chevaliers du passé. À l’inverse, le caractère extra-terrestre ou divin de personnages comme Superman ou Wonder Woman nous rappelle que la perfection ne peut être qu’inhumaine.

Les personnages analysés dans les pages de Super-héros : une histoire politique dressent en creux l’histoire des États-Unis. Créé en 1941, Captain America, drapé dans les oripeaux du drapeau américain, a pour vocation de combattre l’Allemagne nazie, avec l’aide d’une armée vue comme bénéfique. Quelques décennies plus tard, en 1974, le Punisher dresse le portrait d’un soldat à la gâchette facile, traumatisé par la guerre du Vietnam. Hulk rappelle l’horreur et la violence massive de la bombe atomique. Wolverine a été torturé par l’armée pour devenir une machine à tuer. Le pays qui se rêvait en puissance mondiale et rêve d’avenir à travers Superman a connu de nombreux échecs qui lui ont fait perdre ses illusions, et pousse même certains héros à émigrer, loin d’une terre qui, en dépit de ses promesses, a trop souvent cédé aux trompettes de l’impérialisme et du racisme.

Connaissez-vous William Blanc ? Avez-vous lu Super-héros : une histoire politique ? J’ai trouvé les parallèles dressés entre le Moyen-Âge et les super-héros très pertinents : j’aurais aimé que le texte analyse davantage de personnages. Et vous, quel est votre super-héros préféré et pourquoi ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + dix-sept =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !