À l’Ouest, rien de nouveau, d’Erich Maria Remarque

Le succès retentissant connu par À l’Ouest, rien de nouveau lors de sa publication en 1929 est justifié. Incisif, d’un réalisme impitoyable, ce plaidoyer pacifiste d’Erich Maria Remarque conte l’histoire partiellement autobiographique de Paul Bäumer, engagé volontaire durant la Première Guerre Mondiale. Rejoignant le conflit en 1916 suite aux incitations de son professeur nationaliste, le narrateur découvre l’horreur des tranchées et d’une guerre absurde. Il voit ses amis mourir, vit dans la crasse et, lorsqu’il ne combat pas les rats et les poux, se débat vainement contre la peur, les grenades, le gaz et le feu aveugle d’une injustice universelle. À travers l’expérience de Paul, À l’Ouest, rien de...

Lire la suite

La Morte amoureuse, de Théophile Gautier

Histoire de vampire, impossible romance, pieuse mise en garde contre les ruses de Satan, La Morte amoureuse peut être interprété de bien des façons. Théophile Gautier nous conte l’aventure, à la première personne, d’un jeune prêtre, tombé follement amoureux d’une inconnue le jour de son ordination. Il la retrouve dans d’étranges circonstances, qui l’amènent à douter de la frontière entre le rêve et la réalité… Parue en 1836, cette nouvelle partage avec Dracula, qu’elle précède de 60 ans, une atmosphère sulfureuse, à la fois poétique et exotique, et une moralité ambiguë, entre fascination et condamnation. Autour de Romuald, le narrateur, gravitent trois personnages d’importance inégale, qui pourraient faire figure...

Lire la suite

Sortilège, de M. R. James

Salué par Lovecraft, Montague Rhodes James est l’auteur de plusieurs recueils de nouvelles fantastiques. Méconnu en France, il est cependant resté célèbre parmi les Anglosaxons, qui le considèrent comme un précurseur du genre. Recherchant un volume de Henry James, j’ai acheté par mégarde les Histoires de fantômes de M. R. James… Et je ne le regrette pas. Son style léger, non dénué d’humour, happe immédiatement le lecteur dans chacune de ses nouvelles. En quelques lignes, les personnages sont posés et l’ambiance anglaise est au rendez-vous… Subrepticement, ce quotidien de tasses de thé et de vieux papiers nous entraîne dans la peur et le surnaturel : c’est dans Sortilège que le talent de M. R. James est pour moi à son...

Lire la suite