La fille du roi de la vase, de Hans Christian Andersen

Publié en 1858, je suis tombée sur ce conte par hasard en poursuivant ma lecture des contes d’Andersen en version intégrale (merci ô mécène). Presque aussi long que La Reine des Neiges, mais bien moins célèbre, La fille du roi de la vase relate les aventures d’Helga, issue de l’union improbable du roi de la vase, tronc d’aulne aux branches marécageuses, et de la princesse d’Égypte, jeune femme d’une incomparable beauté. Tragique, poétique, mystérieux, haletant, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier ce conte qui ne ressemble à aucun autre. Belle jeune fille assoiffée de sang le jour, triste crapaud hideux la nuit, tel est en effet l’héritage de la petite Helga, sauvée par des cigognes et adoptée par des Vikings. En...

Lire la suite

La Belle au bois dormant, de Charles Perrault

Parue en 1696, nous connaissons tous l’histoire de la princesse endormie que le baiser d’un prince éveilla au bout de cent ans. Mais beaucoup ignorent que Perrault, à l’inverse de Grimm, poursuit l’histoire plus avant. Des amours du prince et de la belle naissent deux enfants, Aurore et Jour, qui manquent de peu de se faire dévorer par leur grand-mère paternelle au sang d’ogresse ; la mère du prince aurait même mangé sa bru si l’entrée impromptue de son fils ne l’avait poussée à un heureux suicide. La morale que propose Perrault est étrange : il loue la patience féminine tout en reconnaissant qu’une trop longue attente avant le mariage est pénible aux amoureux. Poétique, drôle, mystérieux, que penser de La Belle au...

Lire la suite

La Reine des Neiges, de Hans Christian Andersen

Paru en 1844, La Reine des Neiges se divise en sept histoires. La première relate comment le miroir maléfique fabriqué par le diable a éclaté en milliards de morceaux qui se sont répandus sur la terre. Les autres récits narrent les aventures de Gerda, qui parcourt par le vaste monde pour retrouver son ami Kay, enlevé par la Reine des Neiges alors que des fragments de miroir s’étaient logés dans son œil et dans son cœur. De l’éternel été du jardin de la magicienne à l’humble chaumière de la Finnoise en passant par le palais royal et le repaire des brigands, ce conte très poétique a également une grande portée philosophique. Si Gerda représente l’innocence, l’affection et la pureté traditionnellement associées à l’enfance, la...

Lire la suite

Les récits de feu Ivan Petrovitch Belkine, d’Alexandre Pouchkine

Composé de cinq nouvelles, ce recueil paru en 1831 mêle les registres pour le plus grand plaisir du lecteur. Tour à tour comiques, tragiques ou théâtrales, ces histoires jouent avec les codes du réalisme et frisent parfois le fantastique. Le style de Pouchkine, efficace et d’une grande élégance, se fait à l’envi poétique, romantique ou satirique. Entre la vengeance du Coup de pistolet, le marivaudage de La demoiselle paysanne, le triste sort du Maître de poste, l’heureuse issue du Marchand de cercueils et l’étrange rencontre de La tempête de neige, Les récits de feu Ivan Petrovitch Belkine sauront à coup sûr vous faire voyager ! Les nouvelles sont en effet très différentes les unes des autres. Le coup de pistolet m’a paru être la...

Lire la suite

Le prince Fatal et le prince Fortuné, de Mme Leprince de Beaumont

Auteur de la version moderne de La Belle et la Bête, Mme Leprince de Beaumont a écrit de nombreux autres contes, dans la plus pure tradition du XVIIIème siècle. Chacun d’entre eux souligne l’importance de la vertu, de l’éducation et de la droiture en toutes choses, mais Le prince Fatal et le prince Fortuné fait partie des plus originaux. C’est le récit de deux frères jumeaux : Fatal, doté par sa fée marraine « de toutes sortes de malheurs jusqu’à l’âge de vingt-cinq ans », et Fortuné, dont sa mère a souhaité « qu’il réussisse toujours dans tout ce qu’il voudra faire ». Deux dons qui marquent pour le pauvre Fatal le début d’une série d’injustices, et qui réservent quelques surprises aux parents du...

Lire la suite