Le vase d’or, d’E.T.A Hoffmann

Un jeune homme, le jour de l’Ascension, percute malencontreusement une vieille femme, qui l’accable de reproches étranges sonnant comme une malédiction. Ce qui dans la vie courante serait une anecdote amusante devient sous la plume d’Hoffmann un récit à la croisée du conte merveilleux, de la quête initiatique et de l’histoire d’amour. Magie et métamorphoses, quête poétique de l’idéal, combat de l’amour et du doute, Le vase d’or allie à ces qualités une ironie teintée de tendresse. Après avoir renversé le panier de la vieille, l’étudiant Anselme s’approche en effet d’un sureau à l’écart de la ville, où il entend chanter des couleuvres d’or aux yeux bleus… Illusion ou réalité ?...

Lire la suite

Destruction d’un coeur, de Stefan Zweig

Il faut croire que Stefan Zweig n’a écrit que de bonnes histoires. Paru en 1927, Destruction d’un cœur ne fait pas exception à la règle. On y retrouve la passion à double tranchant coutumière de Zweig, cette déchirure émotionnelle qu’il transcende, intériorise, psychologise pour en faire un récit qui touche chaque lecteur au plus profond de lui-même. Ici, on se glisse dans la peau d’un vieil homme qui, durant un séjour dans un hôtel au Sud de la France, surprend sa fille, au milieu de la nuit, alors qu’elle sort de la chambre d’un inconnu. C’est le début pour lui d’une longue et solitaire descente aux enfers, qui lui coûtera ce qu’il a de plus cher. Les personnages, peu nombreux, se résument à ce Salomonsohn...

Lire la suite

La Morte amoureuse, de Théophile Gautier

Histoire de vampire, impossible romance, pieuse mise en garde contre les ruses de Satan, La Morte amoureuse peut être interprété de bien des façons. Théophile Gautier nous conte l’aventure, à la première personne, d’un jeune prêtre, tombé follement amoureux d’une inconnue le jour de son ordination. Il la retrouve dans d’étranges circonstances, qui l’amènent à douter de la frontière entre le rêve et la réalité… Parue en 1836, cette nouvelle partage avec Dracula, qu’elle précède de 60 ans, une atmosphère sulfureuse, à la fois poétique et exotique, et une moralité ambiguë, entre fascination et condamnation. Autour de Romuald, le narrateur, gravitent trois personnages d’importance inégale, qui pourraient faire figure...

Lire la suite

La Parure, de Maupassant

La Parure fait partie de ces nouvelles qui une fois lues ne s’oublient jamais. Maupassant y narre l’histoire tristement terrifiante de Mathilde Loisel, jeune fille peu fortunée qui deviendra victime de son goût immodéré du luxe. Invitée inespérée d’une soirée qui réunit la haute société parisienne, l’héroïne met toute sa passion au service de sa beauté : à la toilette élégante offerte par son mari s’ajoute une rivière de diamants prêtée par une riche amie. Le bal est un succès, son apparition fort remarquée fait d’elle, le temps d’un soir, la princesse qu’elle a rêvé d’être toute sa vie. Une fois de retour chez elle, le rêve vole en éclats : le collier de diamants a été perdu, et doit être remboursé....

Lire la suite

Les deux soeurs jalouses, de Schéhérazade (Antoine Galland)

Ce conte est le dernier des Mille et une nuits dans l’édition d’Antoine Galland publiée en 1881. Plus méconnu que d’autres, il n’en reste pas moins l’un de mes préférés. Comme son titre ne l’indique pas, Les deux sœurs jalouses narre les aventures des enfants d’une cadette malheureuse. Devenue épouse du sultan de Perse par un heureux souhait, cette jeune fille se retrouve victime de la jalousie de ses sœurs, qui enlèvent ses enfants à leur naissance, et prétendent au sultan que sa femme a mis au monde un chiot, un chaton et un bout de bois. Le mari crédule emprisonne et humilie publiquement sa reine pendant plusieurs années, alors que les enfants grandissent en secret chez l’intendant des jardins… Leurs ennuis...

Lire la suite