Éveil, de Taiyô Matsumoto

Court manga reçu grâce à Babelio et aux éditions Kana, j’attendais d’Éveil une aventure poétique et mystérieuse dans un monde réinventé, opposant les danseurs invocateurs d’esprits aux sculpteurs qui fabriquent les masques permettant de communiquer avec ces entités maîtresses du climat, de la vie et de la mort. Malheureusement, cette histoire qui se lit en quinze minutes n’en est pas vraiment une. Induite en erreur par un résumé proposant plus de péripéties que n’en contient tout le texte de Taiyô Matsumoto, je me suis ennuyée au fil des saisons qui structurent ce récit en noir et blanc, linéaire et abstrait, où les personnages parlent peu pour dire presque rien. Le dessin d’Éveil ne manque pas d’originalité. Contrasté,...

Lire la suite

Casse-Noisette et le Roi des souris, d’E.T.A. Hoffmann

Paru en 1816, adapté plutôt que véritablement traduit par Alexandre Dumas, repris par Tchaïkovski dans son ballet éponyme, Casse-Noisette et le Roi des souris est l’un des contes les plus connus d’Hoffmann. Grande passionnée du ballet, j’étais ravie de lire l’histoire originale et je n’ai pas été déçue ! Féerie, aventure et humour sont au rendez-vous dans ce conte où les jouets s’animent le soir de Noël, sous les yeux ébahis d’une petite spectatrice de sept ans, Marie Stahlbaum. C’est le début d’un conte plein de magie, à la croisée du rêve et de la réalité, dont Marie ne ressortira pas indemne : le casse-noisette qu’elle affectionne, aux yeux si expressifs en dépit de son absurde laideur, doit en effet...

Lire la suite

Le vase d’or, d’E.T.A. Hoffmann

Un jeune homme, le jour de l’Ascension, percute malencontreusement une vieille femme, qui l’accable de reproches étranges sonnant comme une malédiction. Ce qui dans la vie courante serait une anecdote amusante devient sous la plume d’Hoffmann un récit à la croisée du conte merveilleux, de la quête initiatique et de l’histoire d’amour. Magie et métamorphoses, quête poétique de l’idéal, combat de l’amour et du doute, Le vase d’or allie à ces qualités une ironie teintée de tendresse. Après avoir renversé le panier de la vieille, l’étudiant Anselme s’approche en effet d’un sureau à l’écart de la ville, où il entend chanter des couleuvres d’or aux yeux bleus… Illusion ou réalité ?...

Lire la suite

Destruction d’un coeur, de Stefan Zweig

Il faut croire que Stefan Zweig n’a écrit que de bonnes histoires. Paru en 1927, Destruction d’un cœur ne fait pas exception à la règle. On y retrouve la passion à double tranchant coutumière de Zweig, cette déchirure émotionnelle qu’il transcende, intériorise, psychologise pour en faire un récit qui touche chaque lecteur au plus profond de lui-même. Ici, on se glisse dans la peau d’un vieil homme qui, durant un séjour dans un hôtel au Sud de la France, surprend sa fille, au milieu de la nuit, alors qu’elle sort de la chambre d’un inconnu. C’est le début pour lui d’une longue et solitaire descente aux enfers, qui lui coûtera ce qu’il a de plus cher. Les personnages, peu nombreux, se résument à ce Salomonsohn...

Lire la suite

La Morte amoureuse, de Théophile Gautier

Histoire de vampire, impossible romance, pieuse mise en garde contre les ruses de Satan, La Morte amoureuse peut être interprété de bien des façons. Théophile Gautier nous conte l’aventure, à la première personne, d’un jeune prêtre, tombé follement amoureux d’une inconnue le jour de son ordination. Il la retrouve dans d’étranges circonstances, qui l’amènent à douter de la frontière entre le rêve et la réalité… Parue en 1836, cette nouvelle partage avec Dracula, qu’elle précède de 60 ans, une atmosphère sulfureuse, à la fois poétique et exotique, et une moralité ambiguë, entre fascination et condamnation. Autour de Romuald, le narrateur, gravitent trois personnages d’importance inégale, qui pourraient faire figure...

Lire la suite