Les Fourberies de Scapin, de Molière

Comédie populaire jouée pour la première fois en 1671, Les Fourberies de Scapin doit beaucoup à l’art de l’improvisation joyeuse de la commedia dell’arte. Tromperies et quiproquos se succèdent à un rythme haletant, sur une mise en scène que l’on pourrait agrémenter à l’infini de mille et uns détails savoureux, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Durant l’absence de son père, un fils se marie en secret avec une inconnue, tandis que son ami tombe amoureux d’une Égyptienne, qu’on menace de lui enlever s’il ne paye pas une forte somme. Alors que les pères reviennent à l’improviste, Scapin use de stratagèmes plus ingénieux les uns que les autres pour aider les amants. Les personnages de cette pièce...

Lire la suite

Le Bourgeois gentilhomme, de Molière

Joué pour la première fois en 1670, Le Bourgeois gentilhomme est une comédie dans la plus pure tradition moliéresque. Le bon sens des épouses, des amants et des domestiques a ici maille à partir avec la fatuité d’un père, l’hypocrisie d’un noble et la bassesse de tous ceux qui aiment l’argent, vice commun à tant de classes sociales et d’époques. Monsieur Jourdain, bourgeois de son état, décide de prendre des cours de danse, de musique, d’escrime et de philosophie, sciences qu’il estime indispensable de maîtriser pour égaler les aristocrates auxquels il voue une admiration sans borne. Cet argument est le prétexte d’une satire sociale haute en couleurs, d’une aussi brûlante et intemporelle actualité que...

Lire la suite

Le Misanthrope, de Molière

Alceste est le nom de celui qui, si l’on en croit l’étymologie grecque du qualificatif choisi pour lui par son créateur, n’aime pas les autres hommes. Épris de la belle Célimène, il s’évertue à dénoncer auprès de qui voudra l’écouter l’hypocrisie et la fausseté qui animent le genre humain, et mettra les deux bonnes heures que dure la pièce à se rendre compte de la nature véritable de celle qu’il adore. Le Misanthrope est une œuvre à part dans le théâtre de Molière. D’un comique relatif, le texte met en relief des problématiques qu’un rien suffirait à rendre tragiques, et questionne l’un des grands fondamentaux du vivre-ensemble. Un débat soulevé en 1666 qui n’a rien perdu de son actualité… Dès la première scène, Le Misanthrope s’annonce moins drôle que les autres...

Lire la suite