La Confusion des sentiments, de Stefan Zweig

Paru en 1927, dans le même recueil que Vingt-quatre heures de la vie d’une femme et Destruction d’un cœur, La Confusion des sentiments est sans conteste mon roman préféré de Stefan Zweig. Comme souvent, l’histoire semble peu prometteuse : nous suivons cette fois un universitaire qui, à l’occasion de son soixantième anniversaire, se souvient de sa jeunesse et relate l’événement qui l’a décidé à embrasser cette carrière. De sa vie dissolue à Berlin à sa rencontre avec un professeur de philologie passionné par Shakespeare dans une petite ville de province, ce court roman est d’une rare puissance émotionnelle. De sa plume précise et poétique, Zweig ressuscite avec génie les tourments de la jeunesse et de la passion. La...

Lire la suite

Destruction d’un coeur, de Stefan Zweig

Il faut croire que Stefan Zweig n’a écrit que de bonnes histoires. Paru en 1927, Destruction d’un cœur ne fait pas exception à la règle. On y retrouve la passion à double tranchant coutumière de Zweig, cette déchirure émotionnelle qu’il transcende, intériorise, psychologise pour en faire un récit qui touche chaque lecteur au plus profond de lui-même. Ici, on se glisse dans la peau d’un vieil homme qui, durant un séjour dans un hôtel au Sud de la France, surprend sa fille, au milieu de la nuit, alors qu’elle sort de la chambre d’un inconnu. C’est le début pour lui d’une longue et solitaire descente aux enfers, qui lui coûtera ce qu’il a de plus cher. Les personnages, peu nombreux, se résument à ce Salomonsohn...

Lire la suite

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, de Stefan Zweig

Publié en 1927, ce court roman fidèle à son titre raconte les événements qui peuvent s’écouler en vingt-quatre heures dans la vie d’une femme, et changer radicalement le cours de celle-ci. Confession intime d’une vieille veuve anglaise à un narrateur anonyme, ce récit aurait pu tourner à un ennuyeux épanchement sentimental sous une autre plume que celle de Stefan Zweig. Ici cependant, l’échange devient prétexte à l’extrapolation, et à une réflexion autour du mystère de la nature humaine. Un être peut-il renier sa vie, son éducation, tous ceux qu’il aime et ce en quoi il croit, en l’espace d’une seule journée ? Telle est la question posée par Vingt-quatre heures de la vie d’une femme. Tout commence avec Madame...

Lire la suite