De l’Esprit des lois, de Montesquieu

Œuvre fondatrice qui envisagea pour la première fois la loi en tant que concept dérivant de la nature humaine plutôt que d’un ordre divin, De l’Esprit des lois fut interdit dès sa publication en 1748. Les critiques des ecclésiastiques et des conservateurs furent si vives qu’elles poussèrent Montesquieu à publier une Défense et des Éclaircissements de L’Esprit des lois. L’objet de son texte est pourtant structurant, limpide et passionnant : comparer l’ensemble des lois et chercher, au-delà des particularités inhérentes au climat et la topographie de chaque peuple, les principes universels qui sous-tendent les rapports humains. Salué par les encyclopédistes et les penseurs des Lumières, De l’Esprit des lois se divise en 31 livres. Montesquieu mène sa réflexion...

Lire la suite

Le Monde de Sophie, de Jostein Gaarder

Après avoir dévoré Le Mystère de la Patience, j’avais hâte de me plonger dans l’histoire de la philosophie à travers Le Monde de Sophie. Sans m’attendre à un récit palpitant, j’espérais que cette correspondance entre une jeune fille et un philosophe autour de questions telles que « D’où vient le monde ? » ou « Crois-tu au destin ? » serait un échange passionnant. Dès les premières lignes, j’ai malheureusement été frappée par la piètre écriture de ce roman et la pauvreté des protagonistes. J’ai plusieurs fois failli abandonner ma lecture tant je l’ai trouvée fastidieuse ; seule la curiosité philosophique m’a permis de tenir jusqu’au bout de cette vaste mise en abyme ratée. Le Monde de Sophie tourne autour...

Lire la suite

Zadig ou la Destinée, de Voltaire

Conte philosophique publié en 1748, Zadig narre l’histoire d’un jeune homme intelligent et généreux à qui le destin réserve bien des surprises.  À travers ce personnage éponyme dont le nom signifie « véridique » en arabe et « juste » en hébreu, Voltaire met en scène les malheurs des honnêtes personnes, dont la franchise fait des victimes aisées pour le vice omniprésent. Emprisonné à tort, favori du roi, esclave d’un peuple étranger, trompé par les femmes, Zadig apprendra à ses dépens que le chemin du bonheur, s’il est facile à trouver, est ardu à suivre. Situé dans un Orient fantasmé, le texte de Voltaire se veut aussi une satire sociale de la France des Lumières, des hypocrisies de Cour et des mensonges religieux. Zadig, protagoniste en...

Lire la suite

Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, de Rilke

Largement autobiographique, paru en 1910, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge est l’un des seuls romans de Rainer Maria Rilke. Présenté sous forme de journal intime regroupant trois grandes parties, il conte tour à tour le quotidien du narrateur à Paris, des souvenirs d’enfance ou encore des anecdotes sur une infinité de sujets. Autant vous le dire d’office : je n’ai pas du tout accroché à ce classique. Bien écrit, il donne lieu à des méditations profondes et vivaces sur la mort, la maladie, la solitude ou encore l’obscurité. Le problème : je n’ai absolument pas compris où Rilke voulait en venir. Si Histoires du bon Dieu m’a beaucoup amusée, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge s’annonce d’emblée moins...

Lire la suite

Marcher jusqu’au soir, de Lydie Salvayre

Un auteur reconnu est invité à passer une nuit au musée Picasso, à l’occasion d’une exposition plaçant face aux œuvres du maître espagnol celles du sculpteur et peintre suisse Alberto Giacometti. Est notamment présent le monumental Homme qui marche, cet être frêle sur le point de s’écrouler, qui semble porter tous les malheurs du monde sur ses épaules voûtées et avance cependant, inébranlable, vers on ne sait quoi, le présent, l’avenir, la vie même. L’auteur en question, depuis longtemps passionné par Giacometti, est Lydie Salvayre, prix Goncourt 2014 ;  l’essai qui en résulte, Marcher jusqu’au soir, retranscrit les expériences de cette nuit au musée. La rencontre attendue n’a malheureusement pas lieu. L’Homme qui marche admiré tant de fois sur papier laisse...

Lire la suite

Super-héros : une histoire politique, de William Blanc

Essai acquis suite à la conférence de William Blanc au Salon Fantastique de Paris 2018, Super-héros : une histoire politique analyse l’évolution des États-Unis au fil de la naissance d’icônes comme Batman, Superman, Iron Man ou Wonder Woman. Loin de se résumer à des amas de clichés exaltant de manière manichéenne la toute-puissance américaine, les super-héros, souvent créés par des personnes issues de communautés juives ou noires, incarnent le rêve mais aussi les contradictions et les faiblesses d’un pays qui s’est voulu maître du monde durant le XXème siècle. Découvertes et réflexions sont au rendez-vous dans ce texte passionnant, amplement illustré, qui démontre avec brio la profondeur des surhumains costumés. Combat de l’avenir...

Lire la suite

Le Joueur d’échecs, de Stefan Zweig

Dernier roman de Stefan Zweig, publié en 1943 après le suicide de son auteur, Le Joueur d’échecs est un texte mystérieux à bien des égards. Trop court pour un roman, trop long pour une nouvelle, ce « roman d’échecs » en version originale raconte une partie d’échecs sur un bateau, entre le champion du monde en la matière et un inconnu, venu sauver à brûle pourpoint le narrateur et ses compagnons, alors en train de perdre leur deuxième partie. De cette intrigue en apparence assez plate naît une histoire haletante, pleine de rebondissements, à la croisée de la tragédie et du thriller, comme seul Zweig sait les écrire. Le Joueur d’échecs tourne autour de deux personnages, dont le passé nous est rapporté par le narrateur anonyme du récit. Mirko...

Lire la suite