La Horde du Contrevent, d’Alain Damasio

La Horde du Contrevent, voilà un beau titre !
Roman connu par l’écho de lointains lecteurs,
Longtemps, je suis restée intriguée, sans arbitre
Avant de céder à son appel séducteur.
Aventure avérée de science-fiction,
J’en tire une étonnante méditation.

Le récit se déroule ailleurs, on ignore où,
Sur une Terre où souffle un vent perpétuel,
Toujours dans le même sens, à en devenir fou.
On lui prête une origine surnaturelle :
Aussi tous les trente ans s’en vont à pied, debout,
Des héros pour percer le mystère éternel,
Trouver la source du vent et briser son joug.

Vingt personnages environ forment la Horde
Du Contrevent, chacun tour à tour racontant.
La narration cependant, loin de la concorde,
Est dominée par quatre pendant très longtemps.
Durement élevés pour lutter et contrer,
Peu à peu se révèle une âpre vérité…

Golgoth le meneur, sans nul doute est plus marquant.
Sov le narrateur, sans nul doute est plus présent.
Pietro gouverneur, sans nul doute est plus distant.
Oroshi pour finir est l’experte du vent.
Les autres se confondent, assez indifférents,
Meurent ou vivent et n’existent pour nous pas vraiment.

La Horde du Contrevent, là est bien le nœud,
À vouloir trop en dire, ne montre pas assez.
Ainsi les rapports des personnages entre eux,
À force d’être peints, ne sont pas vécus, et
Caracole surtout devient exaspérant,
Cumul de jeux de mots sans cesse se forçant.

Néanmoins la puissance envahit ce roman :
J’ai aimé réfléchir, philosophie du vent,
Pensée du mouvement qui se veut métaphore
Du combat pour la vie, de la loi du plus fort,
Quête de la connaissance et surtout du sens,
Dont la fin prévisible ne fait pas l’essence. »

Émilie – Apprentie Bibliothécaire

Couverture de La Horde du Contrevent

« La couverture de La Horde du Contrevent reflète très bien l’ambiance de ce roman, où les personnages doivent tour à tour se rapprocher et s’éloigner pour résister, laisser passer ce vent qui est une image de la pensée. »

Image de la BD de La Horde du Contrevent

« J’ai beaucoup aimé l’imagination déployée par Alain Damasio pour adapter la vie à un vent constant : les vêtements, les villes, les armes, même les bateaux sont adaptés pour utiliser l’énergie du vent ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − douze =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !