Le Crépuscule d’une idole, de Michel Onfray

J’ai entendu parler de ce livre au moment de sa sortie en 2010. Son sous-titre, L’affabulation freudienne, annonce clairement quel sera le propos de Michel Onfray : remettre Sigmund Freud et la psychanalyse à leur juste place. N’ayant jamais été convaincue de l’universalité du complexe d’Œdipe, et ne considérant absolument pas les femmes comme des hommes avortés obsédées par le pénis, j’étais curieuse d’en savoir davantage sur Freud, sa vie, les aberrations de sa pensée, les raisons de son succès. Le Crépuscule d’une idole n’a pas entièrement satisfait mes attentes : intéressant mais répétitif et manquant de chronologie, l’essai d’Onfray ne s’avère pas aussi percutant qu’il promettait...

Lire la suite

Et Nietzsche a pleuré, d’Irvin D. Yalom

Friedrich Nietzsche : philosophe de la fin du XIXème siècle, réputé pour sa pensée déconstructrice et radicale. Josef Breuer : médecin de la même époque, connu pour avoir traité le cas Anna O., premier exemple de psychanalyse par l’hypnose (qui s’est soldé par un échec total, reconnu presque un siècle plus tard). Et si ces deux hommes qui n’ont a priori rien en commun s’étaient croisés ? Tel est le postulat de départ d’Irvin D. Yalom. La rencontre entre ces deux grandes figures devient prétexte à un roman d’enseignement, qui remonte aux sources de la psychothérapie à travers le prisme de la philosophie de Nietzsche. Et Nietzsche a pleuré fait défiler une galerie de personnages ayant réellement existé. Si le philosophe semble...

Lire la suite

Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, de Jean de Léry

Publié en 1578, j’ai lu le récit de voyage de ce Français protestant que fut Jean de Léry dans le cadre de mes études : je n’aurais jamais découvert autrement ce texte écrit en moyen-français, relatant l’expérience de ce missionnaire parmi les indiens Tupinambas. Traité naturaliste, carnet d’ethnologie, réflexion sociologique, aventure à la Robinson Crusoé sur fond de guerres de religion, ma lecture m’a portée de surprise en surprise. J’avais peine à croire à la fin de ce récit qu’il soit paru en pleine Renaissance, mais j’ai très bien compris les raisons de son succès et de sa quadruple réédition. Jean de Léry n’a pas pensé son œuvre comme un roman ou un texte littéraire. C’est le récit autobiographique...

Lire la suite