Splendeurs et misères des courtisanes, d’Honoré de Balzac

Venant conclure la trilogie élaborée autour du personnage de Vautrin, Splendeurs et misères des courtisanes est à lire après Le Père Goriot et Illusions perdues. Trois romans qui n’en font qu’un, autour de cet ancien forçat, tour à tour ange et démon, meurtrier et prêtre, riche, déterminé, éternellement mystérieux. Vautrin, qui tente en vain de séduire Eugène de Rastignac dans Le Père Goriot, et sauve du suicide Lucien de Rubempré dans Illusions perdues, pour enfin l’élever au sommet du beau Paris dans Splendeurs et misères des courtisanes. Si l’élévation de Lucien est digne de Faust, sa chute rappelle celle de Lucifer, et n’en est que plus tragique. De Splendeurs et misères des courtisanes, je retiens surtout le personnage...

Lire la suite

Zorro, d’Isabel Allende

Je ne connais de Zorro que le film de Martin Campbell, quelques épisodes de série, et le roman d’Isabel Allende. Et quel roman ! De l’action, de l’aventure, de l’amour, et des passages qui ne sont pas dénués de poésie et de réflexion : il y en a pour tous les goûts. Zorro raconte la jeunesse de Diego de la Vega, et la naissance du personnage de Zorro. De la Californie à l’Espagne, des Indiens d’Amérique aux gitans d’Europe en passant par les pirates des Caraïbes et les soldats de Napoléon, c’est une véritable épopée qui se joue devant le lecteur. De Zorro, on retient trois personnages : Diego, Bernardo et Isabel. Diego, fils d’un noble Espagnol et d’une impétueuse Amérindienne, jeune homme drôle et...

Lire la suite

Cours familier de philosophie politique, de Pierre Manent

Cet essai est à l’origine un cours de philosophie destiné aux étudiants de Science Po. Réflexion exclusivement politique, c’est une œuvre limpide dont les explications sont si lumineuses qu’on regrette qu’elle ne soit par rééditée et mise à jour tous les ans. Pierre Manent commence par définir la démocratie comme l’art d’introduire des séparations. Séparation des pouvoirs, mais aussi division du travail ou séparation de l’Église et de l’État… La séparation la plus essentielle est celle de la science et de la vie : de la rigueur absolue de la démonstration scientifique, et de la liberté imprévisible inhérente à l’action humaine. S’ensuivent des définitions de plus en plus précises, de la notion...

Lire la suite

Orgueil et Préjugés, de Jane Austen

Que dire de cette histoire d’amour connue entre toutes sans répéter ce que d’autres ont déjà écrit ? Une question me semble les résumer toutes. Pourquoi une telle œuvre a-t-elle rencontré pareil succès ? Orgueil et Préjugés réunit de nombreux éléments éculés que les romances actuelles ont usé jusqu’à la corde : un homme riche et arrogant rencontre une femme pauvre mais fièrement indépendante dont la beauté et l’intelligence finissent par le conquérir. Où se situe l’originalité de ce roman ? Il y a plusieurs réponses à cette interrogation. La première me semble contenue dans le genre romanesque lui-même : le roman tel que nous le connaissons, avec son réalisme et ses développements psychologiques, n’est né qu’au XVIIIème...

Lire la suite

Condition de l’homme moderne, d’Hannah Arendt

Ce livre est compliqué. Inutile de se le cacher, à moins que vous soyez déjà très avancés en philosophie, cet essai risque de vous ennuyer. Je n’ai commencé à l’apprécier qu’à ma troisième lecture, et je le déconseille à quiconque n’a pas lu Luc Ferry et Yuval Noah Harari, qui sont d’excellentes introductions à toutes les œuvres philosophiques. Alors pourquoi recommander un livre aussi difficile d’accès ? Parce qu’il offre un point de vue très intéressant sur la société actuelle, que je m’efforcerai de vous expliquer en le résumant grossièrement. Arendt divise l’activité humaine en trois catégories : le labeur, la fabrication et l’action. Le labeur, ce sont toutes les activités répétitives accomplies par...

Lire la suite

La Pierre de lune, de Wilkie Collins

La Pierre de lune est un classique de la littérature anglaise du XIXème siècle. Le titre désigne un diamant mythique, offert à une jeune fille pour son anniversaire, et volé la nuit même ; le roman raconte l’enquête pour retrouver ce trésor. J’aime beaucoup Wilkie Collins, dont j’ai également lu La Femme en blanc : ses romans sont à la croisée du policier et du romantisme, et suivent toujours un rythme haletant, publication en feuilleton oblige. Ce sont les changements de narrateur que j’ai le plus appréciés dans La Pierre de lune. Cette grande variété de tons allie humour, ironie, poésie et suspens, et fait que l’on ne s’ennuie jamais. L’histoire commence avec le majordome d’une riche famille, dévoré malgré lui de...

Lire la suite

La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett

L’histoire se déroule à Jackson, dans le Mississippi, pendant les années 60. Une histoire à trois voix : Aibileen, domestique noire discrète aimant particulièrement s’occuper des enfants, Skeeter, blanche fraîchement diplômée de l’université, et Minny, autre domestique noire à la langue bien pendue. Chacune de ces femmes a connu des drames, et chacune porte un regard différent sur la société ségrégationniste dans laquelle elles vivent. Pourquoi ai-je adoré ce roman ? À la fois drôle et tragique, il offre un éclairage acéré de l’une des réalités les plus honteuses des États-Unis. Décrits et mis en scène avec une égale justesse, les personnages se révèlent peu à peu, avec toutes leurs forces et leurs faiblesses, humains trop humains que...

Lire la suite