Le Misanthrope, de Molière

Alceste est le nom de celui qui, si l’on en croit l’étymologie grecque du qualificatif choisi pour lui par son créateur, n’aime pas les autres hommes. Épris de la belle Célimène, il s’évertue à dénoncer auprès de qui voudra l’écouter l’hypocrisie et la fausseté qui animent le genre humain, et mettra les deux bonnes heures que dure la pièce à se rendre compte de la nature véritable de celle qu’il adore. Le Misanthrope est une œuvre à part dans le théâtre de Molière. D’un comique relatif, le texte met en relief des problématiques qu’un rien suffirait à rendre tragiques, et questionne l’un des grands fondamentaux du vivre-ensemble. Un débat soulevé en 1666 qui n’a rien perdu de son actualité… Dès la première scène, Le Misanthrope s’annonce moins drôle que les autres...

Lire la suite

Les Liaisons dangereuses, de Choderlos de Laclos

Publié en 1782, Les Liaisons dangereuses est l’unique roman de Choderlos de Laclos. Histoire d’amour sulfureuse mêlant les chemins de l’ambition, de la trahison, de l’innocence et du bonheur, ce roman épistolaire à sept voix fait intervenir autant de personnages dont le lecteur reste libre de se faire sa propre opinion. Satire d’une époque ou réflexion sur l’amour ? Dénonciation du libertinage amoureux ou éloge de la libre pensée ? Ce militaire à la carrière avortée, essayiste et mathématicien que rien ne destinait à l’écriture de l’un des premiers best-sellers de l’Histoire, laisse bien des questions en suspens derrière une fin qui n’a de simple que l’apparence. Sept plumes se donnent la réplique pour composer Les Liaisons dangereuses. Il y a...

Lire la suite

Alice au pays des merveilles, de Lewis Carroll

Après la publication de Vivre, le temps de la gloire et du doute s’achève ! Je reprends en ce début d’octobre 2018 mes chroniques hebdomadaires, en commençant par les deux chefs d’œuvre de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles et De l’autre côté du miroir, que je viens d’achever. Respectivement écrits en 1865 et en 1871, très souvent mélangés dans les adaptations cinématographiques, les deux romans du professeur de mathématiques et diacre, connu à l’époque victorienne sous le nom de Charles Lutwidge Dodgson, m’ont longtemps paru abscons. Cette deuxième lecture me les a fait redécouvrir, grâce aux notes on ne peut plus exhaustives et amusantes de Martin Gardner. Nonobstant la langue anglaise, qui reste relativement...

Lire la suite

Ruy Blas, de Victor Hugo

Joué pour la première fois en 1838, Ruy Blas met en scène un laquais (Ruy Blas) qui se fait passer pour un noble (Don César) à l’instigation de son maître (Don Salluste). Mais Ruy Blas se métamorphose au-delà de ce qu’escomptait Don Salluste : éloquent, il dénonce la corruption des politiciens et parvient à toucher le cœur de la Reine d’Espagne. Cependant, nous sommes en Espagne, à la fin du XVIIème siècle, et les masques doivent tomber… Tragédie, comédie, réflexion humaine et politique, on retrouve dans cette pièce de théâtre de nombreux thèmes chers à Victor Hugo. Placé malgré lui au centre d’un complot contre la Reine d’Espagne dont il est amoureux, Ruy Blas ne donne pas son nom à la pièce pour rien. D’abord hésitant,...

Lire la suite

Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, de Jean de Léry

Publié en 1578, j’ai lu le récit de voyage de ce Français protestant que fut Jean de Léry dans le cadre de mes études : je n’aurais jamais découvert autrement ce texte écrit en moyen-français, relatant l’expérience de ce missionnaire parmi les indiens Tupinambas. Traité naturaliste, carnet d’ethnologie, réflexion sociologique, aventure à la Robinson Crusoé sur fond de guerres de religion, ma lecture m’a portée de surprise en surprise. J’avais peine à croire à la fin de ce récit qu’il soit paru en pleine Renaissance, mais j’ai très bien compris les raisons de son succès et de sa quadruple réédition. Jean de Léry n’a pas pensé son œuvre comme un roman ou un texte littéraire. C’est le récit autobiographique...

Lire la suite