L’Iliade, d’Homère

Récit fondateur contant la guerre de Troie, cette épopée d’Homère est avec L’Odyssée l’un des classiques les plus universellement connus. Curieuse de lire ce texte sans cesse évoqué et jamais étudié au fil de mon cursus, je m’y suis plongée avec avidité. Ma première surprise fut de découvrir le peu de temps couvert par L’Iliade : démarrant in medias res par la dispute entre Achille et Agamemnon durant la dixième année de guerre, l’histoire s’achève deux semaines plus tard avec les funérailles d’Hector. L’enlèvement d’Hélène est seulement évoqué dans quelques passages, et le lecteur n’assiste ni à la mort d’Achille, ni à la prise d’Ilion/Troie. Les personnages de L’Iliade sont...

Lire la suite

Jane Eyre, de Charlotte Brontë

Roman gothique, histoire d’amour, récit d’apprentissage, Jane Eyre réunit dès 1847 tous les ingrédients d’un best-seller. Cette autobiographie fictive, relatant les aventures d’une orpheline maltraitée par sa tante, nous fait voyager de la maison bourgeoise qui a vu grandir l’héroïne jusqu’au manoir de Thornfield, en passant par l’école pour les pauvres de Lowood et le village paysan de Merton. Autant de lieux, d’anecdotes et d’ambiances inspirés par les expériences de Charlotte Brontë, fille de pasteur, gouvernante et femme de lettres : sa plume mêlant poésie, romantisme et réalisme happe dès les premières lignes le lecteur dans un autre monde. Fillette sans grande beauté, clairvoyante et déterminée, Jane...

Lire la suite

Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, de Rilke

Largement autobiographique, paru en 1910, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge est l’un des seuls romans de Rainer Maria Rilke. Présenté sous forme de journal intime regroupant trois grandes parties, il conte tour à tour le quotidien du narrateur à Paris, des souvenirs d’enfance ou encore des anecdotes sur une infinité de sujets. Autant vous le dire d’office : je n’ai pas du tout accroché à ce classique. Bien écrit, il donne lieu à des méditations profondes et vivaces sur la mort, la maladie, la solitude ou encore l’obscurité. Le problème : je n’ai absolument pas compris où Rilke voulait en venir. Si Histoires du bon Dieu m’a beaucoup amusée, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge s’annonce d’emblée moins...

Lire la suite

Le Rayon vert, de Jules Verne

Moins connu que Le Tour du Monde en quatre-vingts jours, Le Rayon vert fut publié près de dix ans plus tard, en 1882. Réunis dans mon édition Hetzel, j’ai lu les deux romans à la suite et je fus fort divertie par cette découverte imprévue. Comédie sentimentale se déroulant sur les côtes de l’Écosse, ce récit s’ouvre sur une proposition de mariage peu prometteuse, que l’héroïne élude en la conditionnant à l’observation d’un rayon vert. Phénomène optique visible seulement sur un horizon de mer dénué de nuages, voilà nos personnages partis en quête de beaux couchers de soleil au pays des brumes… Le Rayon vert met en scène un nombre de personnages assez réduit. L’histoire s’ouvre avec deux frères, jumeaux de cœur...

Lire la suite

Le Tour du Monde en quatre-vingts jours, de Jules Verne

Qui n’a pas entendu parler de l’exploit que réalisa Phileas Fogg en 1872 ? Ignore-t-on que ce discret gentleman londonien, accompagné de son domestique fraîchement engagé Jean Passepartout, a accepté le pari fou d’accomplir le tour du monde en quatre-vingts jours ? Défi dont on s’amuse aujourd’hui, à l’heure où un tour du monde sans escale nécessite moins de vingt-quatre heures : gageure à l’époque du train et du bateau à vapeur, où Jules Verne écrivit l’un de ses plus célèbres romans. Multipliant pour notre plus grand plaisir les péripéties sur le chemin de Phileas Fogg et de Passepartout, Le Tour du Monde en quatre-vingts jours fait partie de ces voyages que l’on n’oublie pas. Les personnages font tout...

Lire la suite

Les Souffrances du jeune Werther, de Goethe

Roman épistolaire paru en 1774, Les Souffrances du jeune Werther est à la fois une histoire d’amour passionnée et une tragédie romantique. Livre emblématique précurseur des grands mouvements littéraires et artistiques du XIXème siècle, inspiré de faits réels, le récit de Goethe présente, à la manière d’Orgueil et Préjugés, de nombreux traits que l’imitation finira par convertir en clichés : sensibilité exacerbée à la nature, inclination pour la beauté mélancolique des nuits de pleine lune, goût marqué des épopées et des élégies de l’Antiquité, amour impossible envers une figure féminine vertueuse et idéalisée. Comme le suggère son titre, Les Souffrances du jeune Werther est centré autour d’un unique protagoniste : Werther. Jeune...

Lire la suite

Les Fourberies de Scapin, de Molière

Comédie populaire jouée pour la première fois en 1671, Les Fourberies de Scapin doit beaucoup à l’art de l’improvisation joyeuse de la commedia dell’arte. Tromperies et quiproquos se succèdent à un rythme haletant, sur une mise en scène que l’on pourrait agrémenter à l’infini de mille et uns détails savoureux, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Durant l’absence de son père, un fils se marie en secret avec une inconnue, tandis que son ami tombe amoureux d’une Égyptienne, qu’on menace de lui enlever s’il ne paye pas une forte somme. Alors que les pères reviennent à l’improviste, Scapin use de stratagèmes plus ingénieux les uns que les autres pour aider les amants. Les personnages de cette pièce...

Lire la suite