Le Bal des douze princesses, des frères Grimm

Un lointain château, un roi, douze princesses et un défi : deviner ce que font les belles durant la nuit pour tant user leurs souliers que chaque matin il faut les changer. Telle est l’intrigue du Bal des douze princesses, et gare à celui qui prétend éclaircir le mystère ! S’il triomphe, il épousera l’une des princesses ; s’il échoue à répondre passées trois nuits, il aura la tête tranchée. Conte plein de ruse et de magie, j’ai choisi pour mieux l’apprécier de le vivre du point de vue du soldat errant qui finit par relever le défi. Avec lui, je me suis laissée lentement happer par l’ambiance mystérieuse et hypnotisante de cette histoire insolite. Le héros anonyme du Bal des douze princesses est plutôt inattendu : loin des...

Lire la suite

Le Vaillant Petit Tailleur, des frères Grimm

Qui ne clamerait pas fièrement son exploit après en avoir tué sept d’un coup ? Peu importe qu’il s’agisse de mouches, de géants ou d’hommes : nul n’ose poser la question à qui marche avec autant d’allure que le vaillant petit tailleur. Ce conte des frères Grimm met à l’honneur la ruse de son héros autant qu’il met en exergue la crédulité de ceux qui l’entourent, géants, soldats, serviteurs, paysans ou nobles. Humour et magie sont au rendez-vous dans cette fable où, pour avoir fièrement défendu sa tartine, un humble tailleur se retrouve propulsé rival de dangereux géants, chasseur redoutable et enfin prétendant au trône… Le Vaillant Petit Tailleur conte avant tout l’histoire de son personnage...

Lire la suite

Gustave Doré, l’imaginaire au pouvoir

Catalogue de l’exposition éponyme organisée par le musée d’Orsay en 2014, Gustave Doré, l’imaginaire au pouvoir se veut un parcours à travers l’œuvre de l’un des plus célèbres illustrateurs du XIXème siècle. Caricaturiste à 15 ans, dessinateur dès son plus jeune âge, violoniste à ses heures perdues, illustrateur, graveur, peintre puis sculpteur, Gustave Doré fait figure de prodige touche à tout. Ce beau livre est l’occasion de reparcourir la vie et le travail d’un homme dont l’ambition démesurée n’eut d’égale que l’inépuisable capacité de travail. Humour, conte, poésie, Histoire, mythologie, religion, aventures diverses et variées, Gustave Doré a contribué à graver dans nos mémoires autant de...

Lire la suite

Blondine, Bonne-Biche et Beau-Minon, de la Comtesse de Ségur

Blondine, Bonne-Biche et Beau-Minon est le premier conte de la Comtesse de Ségur que j’ai lu. J’ai tout de suite été happée dans l’histoire de l’innocence princesse haïe par sa belle-mère, qui tente de la perdre dans l’immense forêt des lilas, où elle est sauvée par un chat blanc comprenant la langue des hommes. À la fois conte de fées classique et petit récit d’apprentissage, plein d’imagination, de poésie et de magie, ce texte fait partie de ceux qui se relisent avec un plaisir : didactique, il n’en reste pas moins distrayant et parvient à mettre en scène des personnages non dénués de complexité. Blondine, Bonne-Biche et Beau-Minon met en scène ses trois héros éponymes, ainsi qu’une ribambelle de personnages...

Lire la suite

Les Souliers rouges, de Hans Christian Andersen

Les Souliers rouges fait partie des fables les plus ambivalentes que je connaisse. Karen, une orpheline recueillie par une femme pieuse, ne commet point d’autre crime que celui d’aimer une paire de souliers rouges, de les porter à la messe et de vouloir aller danser au bal alors que sa tutrice est malade : le Diable la punit pour cela de la plus atroce des manières, la condamnant à danser durant l’éternité. Tour à tour léger, cruel et tragique, saturé de magie chrétienne, le conte relate le supplice de Karen jusqu’à sa triste rédemption. Multipliant des scènes aussi atroces que fascinantes, ce récit fait partie de ceux dont on se souvient. Karen et ses chaussures sont les personnages principaux des Souliers rouges. Plutôt gentille, raisonnablement coquette, le...

Lire la suite

Riquet à la houppe, de Charles Perrault

Riquet à la houppe n’est pas sans rappeler La Belle et la Bête : il s’en écarte cependant en bien des égards. Là où le conte de Madame Leprince de Beaumont met en avant l’amour désintéressé qui fait le propre de l’homme, Charles Perrault s’inscrit davantage dans le débat précieux autour de la nature de l’amour. Un homme laid d’une grande intelligence s’éprend d’une ravissante princesse affublée d’un piètre esprit : guidé par une bonne fée, le récit suit un cours prévisible jusqu’à la traditionnelle fin heureuse. Il n’en reste pas moins distrayant, bien construit et non dénué d’une pointe de cynisme. L’histoire s’ouvre sur le prince qui lui donne son nom : Riquet à la houppe...

Lire la suite

L’Ickabog, de J.K. Rowling

Avec L’Ickabog, l’auteur de Harry Potter signe son premier retour à la littérature jeunesse. Étant grande amatrice des aventures du sorcier à lunettes, j’étais très curieuse de découvrir ce roman, qui se déroule dans le royaume imaginaire de Cornucopia. Dès les premiers chapitres, nous voilà plongés dans le pur style du conte : un roi naïf et bon règne sur un pays extraordinairement fertile dont les gentils habitants cuisinent admirablement bien. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, si ce n’est qu’une légende rôde au sujet d’un monstre gigantesque et dévoreur d’enfants nommé Ickabog… Et auquel personne ne croit, du moins au début de l’histoire. Aventure, humour et magie sont au rendez-vous dans...

Lire la suite