Eragon, de Christopher Paolini

J’avais 14 ans. C’était mon premier salon du livre : la Foire du Livre de Brive-la-Gaillarde. J’étais éblouie, des romans à perte de vue, de belles couvertures, des histoires à n’en plus finir… Alors j’ai acheté Eragon. Comme je vais au bout des choses, j’ai lu la série complète de L’Héritage. Trois tomes devenus quatre en cours de route. Aventure, magie, dragons, elfes, nains, combats épiques, cette saga contient tous les ingrédients propres à l’heroic-fantasy… Et c’est là le problème. Aucune surprise, aucune originalité, des retournements terriblement familiers à quiconque apprécie Star Wars, cette série m’a déçue du début à la fin. Les personnages sont autant d’archétypes. Eragon,...

Lire la suite

Momo, de Michael Ende

L’élégance, sans doute est-ce le mot qui définit le mieux les romans de Michael Ende. Après L’Histoire sans Fin, brillante aventure d’une grande poésie sur l’importance de la lecture et de la fantaisie, j’étais très impatiente de lire cet autre roman de cet écrivain qui est devenu l’un de mes auteurs favoris. Momo raconte l’histoire d’une petite fille orpheline, dont la particularité est de savoir écouter comme personne. Un don qui semble anodin, mais s’avérera d’une grande utilité face aux inquiétants Hommes en gris, dont le costume passe-partout dissimule un terrible secret… Aventure, poésie, métaphore, préparez-vous à découvrir Momo, ou l’étrange histoire des voleurs de temps et de...

Lire la suite

World War Z, de Max Brooks

J’ai lu ce roman sur les conseils de ma correctrice en chef. N’ayant pas vu le film, j’abordais World War Z sans grande conviction : je m’attendais à une histoire classique de lutte pour la survie dans un monde post-apocalyptique. À ce préjugé s’ajoutait mon indifférence profonde à l’égard des zombies, qui ne m’ont jamais intéressée en tant que créatures fantastiques. Quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris cette série de témoignages imaginaires, issus de toutes les parties du monde, qui, rassemblés, racontent Une histoire orale de la guerre des zombies, sous-titre du récit de Max Brooks. Suspens, émotion et analyse se croisent à travers les expériences de personnages très différents auxquels je me suis tout de...

Lire la suite

Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

J’ai beaucoup entendu parler de ce roman avant de le lire. Un monde où on brûle les textes, un récit dont le titre indique la température à partir de laquelle un livre se consume, autant vous dire que j’étais fort intriguée. On m’a même révélé la fin de Fahrenheit 451, mais je n’aurai pas la cruauté de vous faire subir cette manie très déplaisante de certains professeurs de Français. Finalement lu dans le cadre de mes lectures autour de Grandir, l’œuvre de Ray Bradbury ne m’a pas autant plu ni marquée que je l’escomptais. Sans doute est-ce dû à la difficulté de la langue, l’anglais m’ayant paru ici particulièrement ardu ; j’ai pourtant très bien compris ce texte où la science-fiction prend la forme...

Lire la suite

Le faucheur, de Terry Pratchett

Paru en 1991, ce tome 11 des Annales du Disque-Monde est le premier que je lis de cette série qui compte dans les 41 volumes. Déjanté, atypique, rythmé, loufoque, magique, les adjectifs ne manquent pas pour décrire ce roman où la Mort tient le rôle principal. Débouté de ses fonctions par les grandes entités de cet univers, il (car chez Terry Pratchett, la Mort est « un mâle nécessaire ») décide de vivre sa vie en fauchant les blés avec les paysans d’une contrée lointaine. Pendant ce temps, plus personne ne meurt sur le Disque-Monde qui souffre d’un trop-plein de force vitale… Si la Mort est l’un des personnages principaux de ce récit, il laisse régulièrement la place à Vindelle Pounze, mage âgé de 130 ans qui est censé mourir au début de...

Lire la suite