Les Souliers rouges, de Hans Christian Andersen

Les Souliers rouges fait partie des fables les plus ambivalentes que je connaisse. Karen, une orpheline recueillie par une femme pieuse, ne commet point d’autre crime que celui d’aimer une paire de souliers rouges, de les porter à la messe et de vouloir aller danser au bal alors que sa tutrice est malade : le Diable la punit pour cela de la plus atroce des manières, la condamnant à danser durant l’éternité. Tour à tour léger, cruel et tragique, saturé de magie chrétienne, le conte relate le supplice de Karen jusqu’à sa triste rédemption. Multipliant des scènes aussi atroces que fascinantes, ce récit fait partie de ceux dont on se souvient. Karen et ses chaussures sont les personnages principaux des Souliers rouges. Plutôt gentille, raisonnablement coquette, le...

Lire la suite

Le miracle secret, de Jorge Luis Borges

Le miracle secret allie l’effet vertigineux d’une double mise en abyme à une passionnante réflexion sur le temps. On y partage les derniers instants d’un auteur tchèque condamné à mort, qui voit défiler dans sa tête, non sa vie, mais l’aboutissement de son œuvre. Destiné à être fusillé par les nazis, Jaromir Hladík supplie Dieu de lui accorder le temps de terminer sa pièce de théâtre : le lecteur est laissé seul juge de l’étrange accomplissement de ce désir. Quête absurde de la pureté littéraire, sort tragique d’un homme à jamais incompris, cette nouvelle de Jorge Luis Borges peut être lue de bien des manières et n’est pas sans rappeler Pierre Menard, auteur du Quichotte ou encore Les ruines circulaires. Comment souvent...

Lire la suite

Riquet à la houppe, de Charles Perrault

Riquet à la houppe n’est pas sans rappeler La Belle et la Bête : il s’en écarte cependant en bien des égards. Là où le conte de Madame Leprince de Beaumont met en avant l’amour désintéressé qui fait le propre de l’homme, Charles Perrault s’inscrit davantage dans le débat précieux autour de la nature de l’amour. Un homme laid d’une grande intelligence s’éprend d’une ravissante princesse affublée d’un piètre esprit : guidé par une bonne fée, le récit suit un cours prévisible jusqu’à la traditionnelle fin heureuse. Il n’en reste pas moins distrayant, bien construit et non dénué d’une pointe de cynisme. L’histoire s’ouvre sur le prince qui lui donne son nom : Riquet à la houppe...

Lire la suite

Aladdin ou la Lampe merveilleuse, de Schéhérazade (Antoine Galland)

Conte emblématique des Mille et une nuits, tout le monde connaît l’histoire d’Aladdin ou la Lampe merveilleuse. Moins nombreux en revanche sont ceux qui savent que le récit se passe en Chine, qu’Aladdin est « méchant, opiniâtre et désobéissant », que le sorcier qu’il combat a un frère et que la fille du sultan se nomme Badroulboudour. Ce sont autant de détails que permet de savourer la version d’Antoine Galland, longue de près de 200 pages. Comme souvent avec Schéhérazade, magie, rebondissements et exotisme sont au rendez-vous dans cette fable, toutefois moins rythmée qu’Ali Baba et les quarante voleurs. Si Aladdin est le personnage principal de l’histoire, il est intéressant de noter que son caractère diffère notablement...

Lire la suite

Pierre Menard, auteur du Quichotte, de Jorge Luis Borges

À quoi se mesure la valeur d’un texte ? Telle est la question posée par Pierre Menard, auteur du Quichotte. Dans cette nouvelle, Jorge Luis Borges met en scène le projet étonnant d’un écrivain fictif : réécrire le Don Quichotte de Cervantès à l’identique. Non le recopier bêtement, mais le réinventer à partir de sa propre expérience d’auteur français du XXème siècle, faire coïncider comme par hasard ses mots avec ceux de l’auteur espagnol du XVIème siècle, leur donnant ainsi une portée différente par rapport au contexte qui les a produits. Le narrateur, ami du défunt Pierre Menard, raconte et explique son entreprise pour rétablir la vérité dans l’esprit du lecteur, qui pourrait n’y voir qu’un simple recopiage…...

Lire la suite

Ali Baba et les quarante voleurs, de Schéhérazade (Antoine Galland)

Conte bien connu issu des Mille et une Nuits, Ali Baba et les quarante voleurs narre les aventures d’un pauvre marchand qui découvre par le plus grand des hasard le repaire d’une bande de redoutables bandits. Grotte secrète dont la porte ne s’ouvre et ne se ferme qu’à l’aide d’une formule magique, Ali Baba a tôt fait d’y dérober plusieurs sacs d’or, qui lui attirent la jalousie de son riche frère Cassim… Danger, ruse et exotisme sont au rendez-vous dans ce récit haletant qui repousse d’une nuit supplémentaire l’échéance fatidique imposée par le sultan Schahriar à son épouse Schéhérazade. Les personnages importants d’Ali Baba et les quarante voleurs sont aussi les seuls à être nommés. Ali...

Lire la suite

La Jeune Fille sans mains, des frères Grimm

Conte d’une cruauté atypique et dont le schéma narratif ne se retrouve nulle part ailleurs, La Jeune Fille sans mains annonce dès le titre ce qui fera l’objet du récit. On y suit en effet une héroïne très pieuse qui se retrouve mutilée par la ruse du Diable. Son errance ne s’arrête que temporairement lorsqu’elle rencontre le prince charmant, pour recommencer de plus belle des suites des manigances du démon. Histoire traditionnelle de la lutte entre le Bien et le Mal dans le cœur des hommes, que l’on peut supposer adaptée d’un conte païen préexistant, le ton est ici très sérieux et se veut porteur d’une morale évidente. La Jeune Fille sans mains regroupe cinq personnages qui sont autant d’archétypes. Celle qui donne...

Lire la suite