Syngué Sabour – Pierre de patience, d’Atiq Rahimi

En Perse, quand un secret est trop lourd à porter, on le raconte à une pierre que l’on enterre profondément. On révèle tout à cette pierre de patience, on y déverse son âme, jusqu’à ce qu’elle explose et délivre l’être qui s’est confié à elle. « Quelque part en Afghanistan ou ailleurs »,  une femme décide de faire de son mari, tombé dans le coma, sa pierre de patience. Au fil des pages, les secrets s’égrènent, l’existence de ce couple qui pourrait être n’importe lequel se déconstruit en même temps qu’elle se restructure, la vérité se dévoile et la tension monte… Jusqu’à l’explosion finale décrite par la légende. Syngué Sabour fait partie de ces romans que l’on n’oublie pas. Dans un style vivace, à la fois efficace et poétique,...

Lire la suite

Les chevaux célestes, de Guy Gavriel Kay

Les chevaux célestes est le roman que j’ai choisi pour me distraire de Vivre. Œuvre historique mâtinée de fantasy, le récit de Guy Gavriel Kay ressuscite la Chine de la dynastie Tang (VIIIème siècle de notre ère environ), avec ses courtisanes, ses guerriers et ses mandarins. Manœuvres politiques, combats et complots, amour et trahison, je ne pouvais rêver mieux pour me dépayser : le résultat s’avère cependant mitigé. Tai, le principal protagoniste, s’est retiré deux ans près d’un lac pour enterrer les morts d’une ancienne bataille. En récompense, il reçoit du royaume jadis ennemi du sien un présent somptueux : 250 coursiers de Sardie. Les chevaux célestes raconte le voyage de Tai jusqu’à la capitale de son pays pour annoncer la...

Lire la suite

Les contes de l’Alhambra, de Washington Irving

Où classer cette œuvre aux multiples facettes ? Les contes de l’Alhambra de Washington Irving est-il assez connu pour figurer parmi les grands classiques ? J’ai préféré placer ce curieux volume, à la croisée du récit de voyage et du recueil de contes, dans la rubrique des contes et nouvelles. L’histoire qu’a vécue Washington Irving est un conte à elle seule : logé dans les appartements du gouverneur, au cœur du palais de l’Alhambra à Grenade, pendant plusieurs semaines, l’auteur de La Légende de Sleepy Hollow nous décrit les tours écarlates, les arabesques des salons et les jardins intérieurs tels qu’ils étaient en 1832. Pourrait-on ajouter l’étiquette de guide touristique à ce livre hors normes ? La première partie...

Lire la suite