Le Diable dans la bouteille, de Robert Louis Stevenson

Nouvelle publiée en 1891, Le Diable dans la bouteille rappelle à bien des égards l’histoire d’Aladin. Transposé à Hawaï, le récit conte les mésaventures de Keawe, qui se retrouve en possession d’une étrange bouteille. Renfermant un génie qui exauce tous les vœux, elle condamne son possesseur à l’enfer après la mort, à moins qu’il ne s’en débarrasse en la vendant à un prix inférieur à celui de son acquisition. C’est le début pour notre jeune homme d’un périple riche en émotions, tour à tour poétique, comique et tragique, où l’amour, la mort et la maladie dialoguent pour former une paradoxale philosophie. Réflexion sur le désir et les sacrifices que chacun est prêt à faire pour concrétiser ses rêves les plus...

Lire la suite

La Métamorphose, de Franz Kafka

Publié en 1915, La Métamorphose est le premier texte de Franz Kafka que je lis. Huis-clos dépeignant dans une atmosphère empreinte d’un inquiétant réalisme la transformation de Gregor Samsa en gigantesque cafard, ce court roman met ses protagonistes aux prises avec les mouvements enfouis au plus profond de leur âme. Égoïsme, amour filial, intérêt, les sentiments affleurent, de plus en plus tranchés au fur et à mesure que l’horrible métamorphose demeure. Comment agir, comment se réorganiser et revivre alors que celui qui assurait la subsistance de la famille devient subitement impuissant ? Le père, la mère, la sœur, chacun réagit à sa manière à l’étrange destin de Gregor Samsa. Contraints par leur situation financière, il leur faut se remettre à travailler,...

Lire la suite

Destruction d’un coeur, de Stefan Zweig

Il faut croire que Stefan Zweig n’a écrit que de bonnes histoires. Paru en 1927, Destruction d’un cœur ne fait pas exception à la règle. On y retrouve la passion à double tranchant coutumière de Zweig, cette déchirure émotionnelle qu’il transcende, intériorise, psychologise pour en faire un récit qui touche chaque lecteur au plus profond de lui-même. Ici, on se glisse dans la peau d’un vieil homme qui, durant un séjour dans un hôtel au Sud de la France, surprend sa fille, au milieu de la nuit, alors qu’elle sort de la chambre d’un inconnu. C’est le début pour lui d’une longue et solitaire descente aux enfers, qui lui coûtera ce qu’il a de plus cher. Les personnages, peu nombreux, se résument à ce Salomonsohn...

Lire la suite

La Morte amoureuse, de Théophile Gautier

Histoire de vampire, impossible romance, pieuse mise en garde contre les ruses de Satan, La Morte amoureuse peut être interprété de bien des façons. Théophile Gautier nous conte l’aventure, à la première personne, d’un jeune prêtre, tombé follement amoureux d’une inconnue le jour de son ordination. Il la retrouve dans d’étranges circonstances, qui l’amènent à douter de la frontière entre le rêve et la réalité… Parue en 1836, cette nouvelle partage avec Dracula, qu’elle précède de 60 ans, une atmosphère sulfureuse, à la fois poétique et exotique, et une moralité ambiguë, entre fascination et condamnation. Autour de Romuald, le narrateur, gravitent trois personnages d’importance inégale, qui pourraient faire figure...

Lire la suite

La Parure, de Maupassant

La Parure fait partie de ces nouvelles qui une fois lues ne s’oublient jamais. Maupassant y narre l’histoire tristement terrifiante de Mathilde Loisel, jeune fille peu fortunée qui deviendra victime de son goût immodéré du luxe. Invitée inespérée d’une soirée qui réunit la haute société parisienne, l’héroïne met toute sa passion au service de sa beauté : à la toilette élégante offerte par son mari s’ajoute une rivière de diamants prêtée par une riche amie. Le bal est un succès, son apparition fort remarquée fait d’elle, le temps d’un soir, la princesse qu’elle a rêvé d’être toute sa vie. Une fois de retour chez elle, le rêve vole en éclats : le collier de diamants a été perdu, et doit être remboursé....

Lire la suite

Sortilège, de M. R. James

Salué par Lovecraft, Montague Rhodes James est l’auteur de plusieurs recueils de nouvelles fantastiques. Méconnu en France, il est cependant resté célèbre parmi les Anglosaxons, qui le considèrent comme un précurseur du genre. Recherchant un volume de Henry James, j’ai acheté par mégarde les Histoires de fantômes de M. R. James… Et je ne le regrette pas. Son style léger, non dénué d’humour, happe immédiatement le lecteur dans chacune de ses nouvelles. En quelques lignes, les personnages sont posés et l’ambiance anglaise est au rendez-vous… Subrepticement, ce quotidien de tasses de thé et de vieux papiers nous entraîne dans la peur et le surnaturel : c’est dans Sortilège que le talent de M. R. James est pour moi à son...

Lire la suite

Les récits de feu Ivan Petrovitch Belkine, d’Alexandre Pouchkine

Composé de cinq nouvelles, ce recueil paru en 1831 mêle les registres pour le plus grand plaisir du lecteur. Tour à tour comiques, tragiques ou théâtrales, ces histoires jouent avec les codes du réalisme et frisent parfois le fantastique. Le style de Pouchkine, efficace et d’une grande élégance, se fait à l’envi poétique, romantique ou satirique. Entre la vengeance du Coup de pistolet, le marivaudage de La demoiselle paysanne, le triste sort du Maître de poste, l’heureuse issue du Marchand de cercueils et l’étrange rencontre de La tempête de neige, Les récits de feu Ivan Petrovitch Belkine sauront à coup sûr vous faire voyager ! Les nouvelles sont en effet très différentes les unes des autres. Le coup de pistolet m’a paru être la...

Lire la suite