Actualités de printemps et vide-bibliothèque Babelio

Alors qu’aurait dû s’approcher à grands pas le prochain Livre Paris, il est temps d’interrompre les chroniques d’hiver pour partager avec vous quelques actualités. La plus brûlante arrive dans trois jours : ce samedi 7 mars, j’aurai le plaisir d’animer une soirée à la Lucarne des Écrivains, en compagnie de Karima Djelid et du Chroniqueur de la Tour. Au programme, interviews fantastiques et débats autour de la littérature de l’imaginaire. Venez nombreux au 115 rue de l’Ourcq, dans le 19ème arrondissement de Paris à 19h30, pour participer à la soirée qui sera animée par le libraire Armel Louis, et faire dédicacer vos livres si le cœur vous en dit !

Si vous ne pouvez pas vous libérer, bloquez votre samedi 25 avril pour venir me rendre visite au salon des auteurs indépendants de Maisons-Alfort, que j’aurai le plaisir de retrouver cette année. Si la capitale est trop loin pour vous, c’est moi qui viendrai à vous, samedi 9 mai, à l’occasion du premier salon des auteurs indépendants de Sète ! Autant d’occasions de nous rencontrer cette année pour évoquer notre passion commune, les livres. J’aurais dû vous retrouver sur le stand Indylicious à l’occasion de Livre Paris, malheureusement le salon vient d’être annulé ; je n’ai plus qu’à espérer y participer l’an prochain. Voyons le côté positif : la correction d’Aimer avancera plus vite 😉

Noël et février n’ont pas grand-chose en commun, mais cet article est aussi l’occasion de vous raconter le vide-bibliothèque Babelio auquel j’ai eu la chance de participer. Initialement prévu pour célébrer Noël, il a été plusieurs fois reporté à cause des grèves de décembre et de janvier, et s’est finalement tenu mardi 25 février. Imaginez-vous une foule de personnes, qui bourdonnaient autour des caisses de livres à donner de Babelio telles des abeilles autour d’une ruche. Chacun n’ayant droit qu’à deux livres, plusieurs en prenaient davantage dans les bras, le temps de réfléchir à leur choix. Littérature étrangère, française, jeunesse, imaginaire, polar, la sélection était large et la décision difficile à prendre ! J’ai opté pour un classique de Washinton Irving (au moins c’est une valeur sûre) et pour un livre de science-fiction léger (nous verrons ce que ça donne). J’ai failli céder pour une imposante biographie de Léonard de Vinci de Henriette Chardak, qu’un mauvais avis Babelio m’a finalement convaincue de ne pas prendre. J’ai également eu le plaisir de voir passer des livres déjà lus, comme L’épopée de Sem, de Yann Rambaud, dont j’attends le tome 2.

Après avoir trouvé notre bonheur, Babelio nous proposait des gâteaux et de nombreuses activités. J’ai oublié de participer à la construction de la tour de Babel, où j’aurais voulu coller un post-it mentionnant mon coup de cœur 2019, À l’Ouest rien de nouveau, d’Erich Maria Remarque. J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer à Mot à Mot : une main innocente tire un mot d’un paquet de cartes, chaque joueur note les six termes qu’il associe à ce mot. Plus les participants ont de mots en commun, plus ils gagnent de points. Peu inspirée pour maison, j’ai en revanche triomphé pour voyage, et bien sympathisé avec ma voisine de droite.

Je me suis ensuite lancée dans le quiz Babelio en faisant équipe avec une lectrice inconnue : nous avons gagné de justesse. Comme il fallait un nom d’équipe, j’ai proposé « Gryffondor », glissant ainsi Harry Potter dans la conversation. Il n’en fallait pas davantage pour attirer un groupe de lecteurs et provoquer un défi spécial Harry Potter, auquel nous fûmes quatre à participer. Prenant chacune le nom d’une maison, (Poufsouffle m’est échu) nous nous sommes affrontées sur des questions aussi variées qu’imprévues. Les animateurs n’avaient pas prévu ce cas de figure et rencontraient quelque difficulté à trouver de quoi nous faire réfléchir : il faut dire que nous hurlions les réponses avant même qu’ils aient fini la question. L’idée n’était pas tant de répondre en premier que de crier plus fort que les autres pour se faire entendre… Serdaigle l’a remporté haut la main, et j’ai fini deuxième. Sans rancune : je ne connaissais pas par cœur le poème gravé à l’entrée de Gringotts.

Le temps a filé si vite que je n’ai pas pu participer au dernier jeu de Babelio. J’ai l’impression qu’il consistait à lire des passages de livres à voix haute ; la prochaine fois sera la bonne. N’oubliez pas de venir à La Lucarne des Écrivains ce samedi si vous en avez l’occasion ! Que ce soit avec Bernard Prou ou Anne et Laurent Champs-Massart, Armel Louis a l’art de rendre ses soirées passionnantes. Et vous, quel est votre programme littéraire en ce moment ?

Le vide-bibliothèque bat son plein ! Me voyez-vous à droite, avec le manteau rouge et l’écharpe mauve ?

Trophées du vide-bibliothèque ! J’adore le marque-pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − 3 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !