Le Décaméron, de Boccace

Le Décaméron est un recueil de cent contes du XIVème siècle. Dix personnages fuient la peste de Florence dans des palais utopiques : pour se divertir, ils racontent chacun une histoire par jour pendant dix jours. Chaque jour a un thème imposé, de l’amour aux histoires qui finissent mal en passant par les aventures dangereuses.

Si le titre, l’auteur ou l’époque vous effraient, rassurez-vous : Le Décaméron est un livre résolument drôle, et étonnamment moderne. Les femmes trompent tour à tour maris trop vieux et parents trop sévères, l’intelligence triomphe de la bêtise, et peu importe que l’on soit chrétien ou athée. Quantité de fables vous sembleront familières, tant Boccace a été repris et adapté.

Plusieurs contes grivois m’ont particulièrement fait rire, tant les jeux de mots et les associations d’esprit sont bien trouvés. D’autres m’ont semblé cruels ou tristes : la variété des thèmes fait que l’on ne s’ennuie jamais. Cent contes, et aucune redondance n’est à déplorer : le suspens et l’amusement sont au rendez-vous.

J’ai particulièrement aimé les interventions de Boccace, qui se présente comme un conteur au service des femmes. L’époque privait celles-ci de nombreux plaisirs réservés aux hommes, y compris la lecture, et la manière dont l’auteur se met en scène dans ces petits apartés m’a fait sourire.

Beaucoup d’histoires sont encore d’actualité. En 700 ans, l’être humain n’a pas changé, tour à tour hypocrite, amoureux, bête et intelligent : les contes de Boccace en font de délicieux portraits. À lire sans modération !

Et vous, connaissez-vous Le Décaméron ? J’ai adoré l’histoire de « Comment remettre le diable en enfer » ; quel est votre conte préféré ? Dites-le dans vos commentaires 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 9 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !