La Bibliothèque en quête de sens sur Radio Notre-Dame

Le temps est idéal, ce jeudi 27 mai 2021, alors que je sors du métro pour me rendre dans les locaux de Radio Notre-Dame. J’ai la chance de participer à l’émission En quête de sens, animée par Marie-Ange de Montesquieu, qui s’interroge aujourd’hui sur le retour des visiteurs dans les musées à l’heure du déconfinement. Fériel Fodil, directrice exécutive du Château de Chantilly, et Eva Grangier, directrice adjointe au service Culture du département des Hauts-de-Seine, lequel pilote sept établissements recevant du public, patientent avec moi devant la salle où doit se dérouler l’émission. Expositions en cours, difficultés liées à la situation sanitaire, nouveautés, c’est l’occasion de parler des projets de musées aussi variés que le jardin d’Albert Kahn, le domaine de Chantilly ou encore la maison de Chateaubriand.

Je craignais que la chasse au trésor de l’Entente Cordiale, dont le coffret emblématique devrait être exposé au public dans l’écrin du Lingot d’Art d’ici la fin de l’année, soit difficile à situer dans le contexte du débat proposé par Radio Notre-Dame, mais Marie-Ange entre tout de suite dans le vif du sujet. Je n’ai pas le temps d’évoquer le château d’eau de Rochefort, inauguré en 1876 puis abandonné en 1956, son style néoclassique, ses voûtes superbes et les milliers de mètres carrés d’exposition qui ouvriront bientôt leurs portes : j’embarque aussitôt les auditeurs dans l’Entente Cordiale, la chasse au trésor et le fascinant voyage qu’elle propose, à la fois didactique et ludique, à la croisée de l’Histoire et du conte. L’ambiance est très détendue et nous passons sans effort d’un thème à l’autre : parler à la radio s’avère bien moins difficile que devant les caméras. Nos micros se fondent dans le décor et nous ne faisons presque pas de différence entre l’émission et l’échange qui jaillit naturellement des questions posées par Marie-Ange.

Je redécouvre Chantilly, qui réunit la plus grande collection de tableaux anciens après le Louvre et ne reçoit aucune subvention de l’Etat, contrairement aux Hauts de Seine. Le Château, les jardins et les Grandes Écuries forment un ensemble très apprécié du public qui a répondu présent après le déconfinement, avide de sorties et d’espaces verts. En plus des traditionnels ateliers pour apprendre à préparer la fameuse crème éponyme, Chantilly propose des expositions de porcelaine et de livres d’heures (celui du duc d’Aumale ayant été intégralement numérisé pendant le confinement). J’apprends également que les chevaux des écuries s’entraînent pendant cinq ans avant d’entrer en scène, qu’ils ont toujours les mêmes cavalières et qu’ils sont susceptibles : en effet, la salle étant aux trois quarts vide à cause des mesures de distanciation, ils sont moins applaudis et n’apprécient guère ces restrictions sanitaires.

Du côté des Hauts de Seine, les projets ne manquent pas non plus. Seine musicale, Vallée-aux-Loups, musée du Grand Siècle, parc de Sceaux, après avoir démultiplié les visites et possibilités des différents sites de manière digitale, le département renoue avec son public de proximité. La digitalisation des parcours de visite complète les musées plutôt qu’elle ne les remplace, à travers des reconstitutions historiques ou des vues aériennes. Les jardins japonisants d’Albert Kahn, bien qu’en plein air, ont imposé des jauges d’entrée tant ils sont victimes de leur succès, et la maison de Chateaubriand propose une biennale littéraire à la rencontre de Victor Hugo. Je découvre l’existence de la Tour aux figures, œuvre d’art conçue par Jean Dubuffet à l’intérieur de laquelle le public est invité à entrer. Enfin, l’aménagement de l’établissement départemental dédié aux Métiers d’Art et du Design dans l’ancienne école nationale de la céramique à Sèvres a de quoi faire rêver !

Nous ne voyons pas le temps passer : l’émission de Radio Notre-Dame se termine aussi vite qu’elle a commencé. Nous prenons la pose pour une photo souvenir et repartons chacune vers nos univers, la tête pleine de voyages… Vous pouvez retrouver notre échange en intégralité sur le site de Radio Notre-Dame.

Et vous, avez-vous déjà participé à une émission radio ? Qu’en avez-vous retenu ? J’ai beaucoup apprécié l’ambiance conviviale et le fait d’être dans une pièce de dimensions normales plutôt qu’un immense studio 😊

 

Photo des studios de Radio Notre-Dame

Marie-Ange de Montesquieu est aux commandes pour l’émission En quête de sens sur Radio Notre-Dame ! La disposition du bureau favorise les conversations spontanées.

Photo des participantes de l'émission

De droite à gauche, les participantes pour En quête de sens sur Radio Notre-Dame : Marie-Ange de Montesquieu, Eva Grangier, Fériel Fodil et moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 4 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !