Sa majesté des mouches, de William Golding

Sa majesté des mouches m’a fait peur. C’est l’un des livres qui m’a le plus terrorisée, et m’a fait faire mon premier cauchemar d’adulte.

Il conte l’histoire d’enfants livrés à eux-mêmes sur une île déserte. Le récit a beau se dérouler dans un cadre paradisiaque, la tension monte un peu plus à chaque chapitre, jusqu’à atteindre une acmé que seul le sacrifice tragique (au sens grec du terme) est capable de calmer.

Derrière l’insouciance et l’innocence, c’est le désir débridé qui est donné à voir, les pulsions les plus noires du cœur humain en dehors de la société qui les canalise.

C’est une horrible parodie de société, dans un style fluide et sans concession.

Voir le monde à travers les yeux des enfants, c’est voir la beauté, la simplicité, mais aussi l’horreur d’une peur sans nom, d’une terreur irrationnelle qui, non contrôlée, conduit aux pires atrocités.

L’effet est d’autant plus réussi que l’environnement de l’île répond en miroir à l’état d’esprit des enfants : une île à deux faces, une âme à double tranchant, et la promesse d’une histoire inoubliable.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous ressenti de la peur en lisant ce roman ? N’hésitez pas à donner votre avis ici 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − 4 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !