Marmoisan ou l’innocente tromperie, de Mademoiselle L’Héritier

Marmoisan raconte l’histoire de Mulan à la mode européenne du XVIIème siècle. Pour éviter à son père le déshonneur, Léonore prend la place de son frère décédé dans l’armée du roi, et devient Marmoisan, tandis que sa sœur se fait passer pour un valet.

J’ai trouvé ce conte drôle et juste à la fois. Les défauts des deux sexes y sont peints avec une fraîcheur intemporelle : dans le camp, toute la gente soldatesque admire Marmoisan, qui se garde si bien des plaisirs de la chair et de la boisson, et manie son épée avec autant de brio que sa langue.

A contrario, Marmoisan doit prend garde à ne pas rire trop fort, et à ne pas « témoigner beaucoup de chagrin […] pour du linge mal blanchi et des habits mal pliés […] car ce n’est pas le défaut des hommes d’être si bagatelliers ».

Nous suivons pas à pas le déchirement du prince, qui tombe amoureux d’elle quand elle incarne un homme, et ne sait plus comment nommer ce qu’il ressent. Il soumet Marmoisan à plusieurs épreuves dans l’espoir de déceler la tromperie : mais Marmoisan résiste à « toutes sortes de frangipane, de poupelins, de biscuits, de gâteaux d’amande et de liqueurs douces », et parvient même à éviter la baignade collective.

Ce conte est très intéressant, en ce qu’il révèle tour à tour les préjugés de chaque sexe envers l’autre. L’époque a changé, mais il est amusant de constater que la plupart des préjugés sont restés…

Et vous, qu’en pensez-vous ? Donnez votre avis sur ce conte en laissant un commentaire 🙂

Marmoisan vous intéresse ? Lisez-le intégralement sur le site des contes de fées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 5 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !