La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Série en quatre tomes relatant les aventures d’Ophélie, jeune fille maladroite capable de traverser les miroirs, de donner vie à des objets et de connaître leur passé avec ses mains, La Passe-miroir se déroule sur une Terre éclatée, dont les seuls vestiges sont d’immenses morceaux éparpillés dans les cieux. Chacune de ces arches est dirigée par un esprit de famille, être immortel doté de pouvoirs magiques qu’il transmet aléatoirement à ses descendants. Ces mondes miniature se spécialisent ainsi dans la maîtrise des objets (Anima), des esprits (le Pôle), des sens (Babel) ou encore des animaux (Totem). Originaire d’Anima, Ophélie se voit promise à Thorn, austère habitant du Pôle, et doit le rejoindre là-bas : c’est le début d’une grande aventure, en prologue de laquelle on apprend que Dieu, un jour de colère, a fait voler le monde en éclats.

Certains lecteurs considèrent les personnages comme l’un des points forts de La Passe-miroir. Si j’admire la précision avec laquelle Christelle Dabos a créé des protagonistes aussi divers et surprenants que Thorn, Ophélie, Bérénilde, Archibald ou encore Gaëlle, j’avoue avoir au bout d’un certain temps saturé des descriptions et de la foule de détails qui accompagne leurs moindres apparitions. Plusieurs traits de caractères m’ont également paru trop marqués ou invraisemblables, finissant par vider les héros de leur substance à force de mettre en avant toujours la même chose. Thorn est trop maigre, Archibald doit avoir mal aux zygomatiques à force de sourire et le code de déontologie qui empêche Ophélie d’utiliser ses pouvoirs pendant la majorité de l’histoire me sort par les yeux.

Cependant, je reconnais à La Passe-miroir une grande originalité. J’adore l’idée des arches, des esprits de famille amnésiques et des pouvoirs à géométrie variable. C’est malheureusement dans le tome 4 que l’univers de Christelle Dabos révèle toutes ses potentialités : je regrette qu’il soit développé si tardivement. J’aurais aimé une plus ample exploration de ce monde fragmentaire. Le Pôle des Fiancés de l’hiver et des Disparus du Clairdelune m’a trop rappelé L’Allée du Roi, et la très réussie ville tropicale de La Mémoire de Babel et de La Tempête des Échos a ses limites. Des explications plus approfondies auraient également été les bienvenues, car plusieurs questions restent sans réponse à la fin de l’histoire. J’apprécie toutefois la portée de La Passe-miroir que je trouve dans l’ensemble assez réussi pour être titillée par l’envie de le relire.

Et vous, avez-vous lu La Passe-miroir ? Quel tome préférez-vous ? J’ai beaucoup aimé la traduction psychologique des pouvoirs de chacun. Traverser les miroirs demande de s’accepter tel que l’on est, utiliser ses griffes à bon escient exige de maîtriser sa colère et sa peur, communiquer par la pensée implique une entière transparence vis-à-vis de son interlocuteur et ainsi de suite. Je trouve frustrant de n’avoir pas davantage exploité ces possibilités narratives ! N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site officiel de La Passe-miroir où vous trouverez de nombreuses illustrations et des interviews très intéressantes de Christelle Dabos 😉

Ophélie et Thorn sont très bien rendus sur les foisonnantes illustrations des lecteurs !

2 Commentaires

  1. Emilie
    22 Avr 2020

    J’ai beaucoup aimé cette univers, il y à longtemps qu’une saga ne m’avais pas tenu en haleine, impossible fermer les livres. Pour dire je les est lu en 1 semaine, les 4 tome.
    Mon préféré reste le dernier puis le premier si je pouvais faire 2 choix.
    Comme vous la fin m’a laissé sur ma faim 😊.
    Il y a beaucoup de point qui aurait put être exploré. Les autres esprits famille, l’évolution de Thorn et Ophelie , Victoire aussi personnage très intéressant.
    La saga pourrait perdurer encore plusieurs tome.
    J’essaie de donner mon ressenti sans spoilier.
    Mais cela reste une très belle saga, que je relirais, car je me suis vraiment évadé dans son univers.
    Ma question est que lire après ….

    • Pauline Deysson
      26 Avr 2020

      Comme vous, j’ai préféré le dernier, je regrette seulement qu’il commence un peu tard ! En effet, l’évolution de Thorn et Ophélie s’arrête au moment où elle devient intéressante, et il aurait été amusant de voir Victoire grandir. J’ai adoré l’univers, mais je garde de la série l’impression d’un découpage flou entre les tomes, j’aurais aimé voir davantage les différentes arches et moins stagner dans des intrigues de cour qui se révèlent finalement sans grande importance.
      Quant à l’après… Avez-vous lu L’Histoire sans Fin, de Michael Ende ? Beaucoup ignorent que c’est un livre avant d’être un film, et le film est très loin de lui rendre hommage. C’est une histoire que j’adore également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × trois =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !