Histoires du bon Dieu, de Rainer Maria Rilke

C’est en 1900 que paraît le recueil de nouvelles des Histoires du bon Dieu. Tout commence par une rencontre impromptue entre le narrateur et sa voisine, qui se plaint des enfants trop curieux, posant d’impossibles questions sur le nombre d’étoiles dans le ciel et les mains du bon Dieu. Le narrateur raconte alors une histoire, qu’il engage sa voisine à répéter aux petits innocents. De fil en aiguille, professeur, amis et inconnus écoutent les contes drôles, tristes ou poétiques du narrateur, qui finissent immanquablement, quoique par des voies détournées, par tomber dans les oreilles des enfants.

Les Histoires du bon Dieu commencent par une reprise de la Genèse racontant le conflit entre la main droite et la main gauche du divin fondateur au moment de la création de l’homme. Ce conflit, tel le péché d’Adam et Ève, a des conséquences qui saturent une partie des contes, Dieu passant une bonne partie de son éternité à tenter d’avoir un aperçu de l’homme, aux temps bibliques puis à l’époque de l’industrialisation. Des récits russes aux des balades adressées aux nuages en passant par les chemins creux de l’Italie, le narrateur se plaît à disséminer personnages et mystères, pour le plus grand plaisir des enfants et des lecteurs.

Douce parodie, morale légère, comptine parfois, les douze Histoires du bon Dieu plongent le lecteur dans des ambiances aussi variables qu’imprévisibles. J’ai particulièrement apprécié la réappropriation humoristique des passages bibliques, pleine de douceur et d’ironie, ainsi que les passages d’inspiration russe, contant la solitude, le besoin de chanson ou encore l’arrivée de la trahison en Russie. Comme les nuages, j’ai écouté et je suis passée ; à présent, portée par le vent du quotidien, je me souviens parfois, et je savoure le mystère qui plane encore sur une partie de ces histoires.

Et vous, avez-vous lu les Histoires du bon Dieu ? Quel conte avez-vous préféré ? Je garde un beau souvenir du vieillard vénitien qui s’efforçait de monter jusqu’au ciel et j’ai trouvé très amusant que chaque conte fasse référence à d’autres, comme si tous entraient dans la grande histoire d’un narrateur malicieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 1 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !