Histoires des pays d’or, de Jean Marcel

Birmanie, Laos, Viêtnam, Cambodge, Jean Marcel réunit dans ce court recueil une série de contes d’Asie. Fables à la façon d’Ésope ou récits traditionnels faisant intervenir fées, sorcières, marâtres, princes et princesses, la magie se mêle tour à tour à la comédie, au mystère ou à la tragédie pour notre plus grand plaisir. Les Histoires des pays d’or ne sont pas si éloignées des contes que Perrault et Grimm nous ont transmis : s’y ajoute une touche d’exotisme agrémentée d’illustrations bienvenues.

Les personnages qui peuplent les Histoires des pays d’or sont aussi variés que plaisants. Certains s’avèrent des copies fidèles de contes occidentaux, comme Mali dont la bouche déverse non des perles et des joyaux, mais des fleurs de jasmin, ou encore le pauvre bûcheron dont la hache tombe dans les flots. D’autres, tels l’amant fleuriste, l’oiseau Garuda ou le chat à la pupille ronde m’ont davantage plu par leur originalité. Faisant triompher tantôt les malicieux, tantôt les innocents, condamnant les cruels et les envieux, chaque conte demeure classique en ce qu’il dégage une morale clairement identifiable.

Si je n’ai pas été aussi dépaysée que je m’y attendais, j’ai apprécié cette brève promenade en Asie. Globalement élégant, le style de Jean Marcel touche par moments au verbeux, lorsqu’il ne se mêle pas à un registre familier hors de propos. Ainsi les lavandières lavent-elles des « fringues », tandis que les animaux se « snobent » et que les poètes « reluquent » les harems : ces défauts nuisent à la prose et l’alourdissent sans raison. Histoires des pays d’or n’en reste pas moins un recueil divertissant pour qui souhaite découvrir des contes des tropiques.

Merci à Babelio et aux éditions Gope pour cette belle lecture ! Et vous, avez-vous déjà lu Histoires des pays d’or ? Celui que je chronique ici est le deuxième : qu’avez-vous pensé du premier tome ? Enfant, j’avais adoré découvrir les contes russes. Je trouve très intéressant de comparer les récits des différents continents : certains thèmes s’avèrent universels tandis que d’autres nous étonnent par leur étrangeté, leur poésie ou leur violence. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + vingt =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !