Et Nietzsche a pleuré, d’Irvin D. Yalom

Friedrich Nietzsche : philosophe de la fin du XIXème siècle, réputé pour sa pensée déconstructrice et radicale. Josef Breuer : médecin de la même époque, connu pour avoir traité le cas Anna O., premier exemple de psychanalyse par l’hypnose (qui s’est soldé par un échec total, reconnu presque un siècle plus tard). Et si ces deux hommes qui n’ont a priori rien en commun s’étaient croisés ? Tel est le postulat de départ d’Irvin D. Yalom. La rencontre entre ces deux grandes figures devient prétexte à un roman d’enseignement, qui remonte aux sources de la psychothérapie à travers le prisme de la philosophie de Nietzsche.

Et Nietzsche a pleuré fait défiler une galerie de personnages ayant réellement existé. Si le philosophe semble fidèlement rendu, le médecin est assez bien imaginé au vu du peu d’indices qu’il a laissés derrière lui. Lou Salomé, femme libre s’il en est, n’est pas des plus vraisemblables, et Sigmund Freud m’a paru trop familier. Cependant, si l’on oublie la réalité historique, les personnages sont cohérents et le suspens existentiel est au rendez-vous. Breuer et Nietzsche souffrent du même mal : un amour impossible et idéalisé, qui masque une peur de la mort, de la solitude et du temps qui fuit. Les rôles s’inversent, le patient devient thérapeute et le jeu de miroir se poursuit jusqu’à la révélation finale.

Une bonne introduction à la philosophie de Nietzsche : tel fut pour moi Et Nietzsche a pleuré. Je n’ai rien appris que Luc Ferry n’ait expliqué dans Apprendre à vivre et le roman d’Irvin D. Yalom ne prend vraiment de l’ampleur que dans sa deuxième moitié, la première étant un peu trop évidente à mon goût. La guérison du mal de vivre commun aux deux hommes ne m’a pas entièrement convaincue, mais j’ai apprécié de voir la pensée de Nietzsche mise en pratique. Peut-on choisir sa vie ? Que signifie accepter son destin ? Comment lutter contre ses obsessions ? Autant de questions fascinantes explorées à travers le cas concret de nos deux protagonistes.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous lu d’autres œuvres d’Irvin D. Yalom ? Je quitte Et Nietzsche a pleuré avec une seule envie : lire Nietzsche. Ce philosophe de l’homme, qui a tenté de construire un nouveau système de valeurs sans recourir à Dieu ni aux belles paroles, a très certainement beaucoup à apprendre à Émilie dans ses prochaines aventures 😉

2 Commentaires

  1. Laurence
    27 Juin 2018

    Merci pour votre article très complet ! Je n’ai pas trop accroché au début de ce roman non plus mais j’ai trouvé la fin très intéressante.

    • Pauline Deysson
      3 Juil 2018

      Je suis ravie que mon article vous ait plu ! Nous sommes bien d’accord, la fin est mieux que le début 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 3 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !