L’Histoire sans Fin, de Michael Ende

Titre parfait pour un livre parfait ! Michael Ende manie la mise en abyme avec un art consommé, et cette œuvre est un des grands contes philosophiques du XXème siècle.

Dans cette histoire, la magie n’occupe pas une place anodine : au-delà d’un simple monde fantastique, Fantasia représente tous les rêves et les cauchemars des humains. Rêves et cauchemars, car la dualité est omniprésente : Atreju est le double de Bastien, deux sphinx gardent l’entrée du temple, le désert aux mille couleurs est l’envers de la forêt nocturne, le loup maléfique et les insectes monstrueux côtoient les fées et le dragon magique…

Si Bastien se définit par rapport au héros Atreju, il laisse, une fois entré à Fantasia, la part belle à sa propre personnalité, qui s’assombrit au fur et à mesure que son identité rêvée prend le pas sur son identité réelle. Un vœu, et à chaque vœu, un souvenir de perdu, jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus que son nom. Son nom, et un ami pour finir toutes les histoires qu’il a commencées… On peut entrer dans un livre, et se perdre dans les histoires, mais il ne faut pas oublier de vivre : telle pourrait être une des morales de l’histoire.

Où se situe la limite entre fiction et réalité ?  Par quoi un individu est-il défini ? Son apparence ? Sa personnalité ? Son nom ? Ses amis et ses modèles ? Autant de questions qu’incarnent tour à tour les personnages de l’Histoire sans Fin.

« Fais ce que tu désires », ordonne l’Impératrice, mais nombreux sont les dangers d’un désir hors de contrôle, et l’on a vite fait de se perdre soi-même… C’est alors le début d’une merveilleuse aventure : la quête de soi.

Ce parcours initiatique est rendu merveilleux par la plume de Michael Ende, légère, précise et belle à la fois. Les personnages et les paysages qu’il dépeint forment un monde haut en couleurs et ouvert à tous les possibles ; son talent d’écrivain rend l’identification du lecteur à Bastien immédiate, et la mise en abyme d’autant plus géniale.

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’avez-vous le plus aimé dans cette histoire ? Je serai heureuse de lire vos commentaires 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − quatre =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !