Le Château de Hurle, de Diana Wynne Jones

J’ai lu ce roman après avoir vu Le Château ambulant, de Hayao Miyazaki, qui en est tiré. Mon avis ? Un livre drôle, astucieux, bien écrit et parfaitement cohérent, qui se dévore et que j’ai préféré au film des studios Ghibli. Nous suivons l’histoire de Sophie, fille aînée d’un chapelier, consciencieuse, intelligente, belle sans le savoir et possédant bien d’autres dons, qui seraient restés ignorés si la Sorcière du Désert ne l’avait pas transformée sans raison en vieille femme.

C’est pour lever la malédiction qui la frappe (et pour passer la nuit) que Sophie pénètre dans le château ambulant. Elle y rencontre deux personnages plutôt originaux : Hurle, puissant sorcier, narcissique et irresponsable comme un adolescent, et Calcifer, le démon du feu, aussi taquin que mystérieux, lié au sorcier par un pacte secret que Sophie devra découvrir. Le Château de Hurle, c’est aussi une galerie de personnages secondaires plutôt sympathiques : des sœurs de Sophie à la famille de Hurle en passant par les autres magiciens du royaume d’Ingary. J’ai aimé voir évoluer ces personnages au milieu de situations à la fois familières et inattendues : j’ai surtout adoré le sérieux et la détermination de Sophie, à qui sa malédiction donne le pouvoir merveilleux de n’avoir plus peur du « qu’en dira-t-on ».

Je retiens de ce roman un ton léger, beaucoup de facétie dans les relations entre les personnages, et une histoire très bien construite. Pour qu’une magie fonctionne, elle doit être cohérente, et j’ai beaucoup apprécié que tous les mystères du roman soient dénoués en leur temps (à l’inverse du film, qui reste plutôt flou). Le Château de Hurle n’est pas une grande fresque épique : c’est surtout la peinture de personnages atypiques, avec leurs errements et leurs contradictions. Une fable légère mâtinée de magie, et située dans le cadre fantastique du château ambulant, bric-à-brac invraisemblable, capable de marcher et d’ouvrir des portes entre les mondes, fatras d’objets étranges dont l’originalité éclipse parfois celle de son propriétaire et de sa femme de ménage.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous lu Le Château de Hurle ou vu le film ? Qu’avez-vous préféré ? Il existe une suite à ce roman, que je compte bien lire un jour : j’accorde énormément d’importance à la cohérence des histoires, et là-dessus Diana Wynne Jones a fait un sans fautes 😉

2 Commentaires

  1. Lorenzo
    20 Mai 2017

    Je dois dire que ce livre m’intrigue : j’avais adoré le chateau ambulant, non seulement pour son monde, son chateau briguebinlant mais surtout cette espèce de famille , cette réunion de personnes qui n’ont pas grand chose en commun… A part le personnage de Sophie (petit check de l’histoire au passage) qui fédère « sa famille » par son commitment (à défaut d’un meilleur terme) .
    Si pour vous, les personnages font tout le sel de cette fable, ce livre sera mon prochain (prochain) livre.

    • Pauline Deysson
      22 Mai 2017

      N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez si vous le lisez ! Je l’ai lu il y a très longtemps, mais les personnages m’ont plus marquée que l’histoire : ils m’ont laissé un goût d’originalité. Le sel, c’est en effet le mot juste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 13 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !