Joyeux Noël 2017 !

L’année 2017 touche à son terme. Que retenir de ces mois d’écriture, de débats et de passion ? On pourra citer les 55 chroniques de Grandir parues depuis décembre 2016, ou les 89 articles que totalise aujourd’hui la Bibliothèque, dont 72 sont dédiés aux œuvres qui jalonnent la création de l’univers d’Émilie. La conquête des lecteurs se poursuit lentement mais sûrement, avec un total de 77 exemplaires vendus, dont 58 au format papier : si l’on y ajoute les blogueurs qui m’ont lue et les concours qui ont mis Grandir en jeu, je totalise bel et bien plus de 100 lecteurs ! Alléluia, il en faut peu pour être heureux.

Puisque l’heure est au bilan, pourquoi ne pas s’attarder sur la notion de chronique ? Chroniqueuse et chroniquée, j’ai eu l’occasion de lire et d’écrire des articles très différents. Tous les blogueurs ont en commun d’organiser leur pensée de manière structurée : leurs articles commencent par le résumé du livre, puis un ressenti immédiat et la justification, plus ou moins développée, de leur avis. Certains décrivent les émotions ressenties durant l’histoire tandis que d’autres analysent davantage sa portée : autant de plumes, autant de méthodes. J’estime qu’un roman ne se réduit pas un enchaînement d’actions et d’émotions. J’accorde une grande importance au sens global de l’œuvre : j’apprécie particulièrement les romans qui posent des questions… Et les chroniques qui les relèvent !

Une histoire, c’est un voyage, mais aussi un questionnement, un autre regard sur le monde : c’est cette absence de réflexion que j’ai reproché la semaine dernière à Cœur d’encre. Sans ce recul, les romans s’enchaînent et se ressemblent tous, qu’ils soient réalistes ou non. Ce qui est vrai d’un livre l’est aussi d’une série : Le Monde de Narnia m’a semblé plutôt répétitif au fil des tomes, réclamant sans cesse d’être sauvé par des enfants humains exclus de l’histoire dès leur entrée dans l’adolescence pour être remplacés par d’autres. Pour La Bibliothèque, l’aventure ne fait que commencer : j’espère qu’elle sera à la hauteur de vos attentes… Joyeux Noël !

Non, vous ne rêvez pas ! Les toutes premières pages de Vivre sont bel et bien jointes à cet article. Pour vous remercier de votre soutien et de votre fidélité, bien entendu, mais surtout pour avoir vos avis ! Ma correctrice en chef estime que ce début un peu abrupt ne rappelle pas assez les événements qui ont eu lieu dans Grandir. Et vous, qu’en pensez-vous ? 🙂

La Bibliothèque – Tome II – Vivre – Extrait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − 16 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !