Un nouveau marathon correctif pour la Bibliothèque

Le mois de mai 2021 s’annonce joyeux à plus d’un titre. Le déconfinement progressif que nous espérions avec impatience s’accompagne pour moi de vacances longtemps attendues, que je mets à profit pour corriger Mourir. Pour couronner le tout, Le Trésor de l’Entente Cordiale poursuit sur sa lancée fulgurante : un nouvel article a été publié sur The World et de nombreux partenariats se dessinent avec divers organismes. J’espère avoir l’occasion de vous montrer le livre comme il se doit lorsque les salons reprendront ! Cerise sur le gâteau, j’ai eu l’honneur d’être interviewée par Dan Burcea pour son site Lettres capitales. Ce fut un bonheur de répondre à ses questions d’une grande qualité, et d’en apprendre davantage à mes lecteurs sur ce qui sous-tend le conte du Trésor des Edrei.

Tout cela est très bien, me direz-vous, mais quand pourrons-nous lire Aimer ? Nous sommes toujours suspendus à la fin de Vivre, lorsque Émilie revient d’Alma brisée, avec du sang sur les mains… Malheureusement, rançon de la gloire, mon éditeur et illustrateur doit gérer de nombreux sujets et tarde à me proposer une date. Je vous avais annoncé une sortie pour mai-juin, je crains de la voir repoussée à septembre. Il faut dire qu’il ne s’agit pas juste de publier Aimer, mais également d’éditer Grandir et Vivre, dont les couvertures doivent aussi être retravaillées. C’est un chantier d’envergure : gageons qu’il touchera à sa fin avant décembre.

Pour vous faire patienter, je vous parlerai donc des corrections de Mourir. Je viens de terminer ma première relecture et force est de constater que le résultat n’est pas aussi mauvais que ce que mes difficultés d’écriture me laissaient craindre. Il faut dire que j’ai adopté une tactique inédite lorsque je bloquais : au lieu d’insister en creusant pour délayer, j’ai fait le choix de passer à la suite directement, même si celle-ci paraissait encore trop faible pour mériter d’être attaquée. Résultat : le tome 4 des aventures d’Émilie est plutôt bien rythmé, l’histoire se tient, les personnages évoluent plus ou moins correctement. Seule la fin est complètement à réécrire, les dernières pages ayant été bâclées en toute connaissance de cause.

Il y a bien sûr quelques incohérences ici et là, des choix à clarifier et des débats philosophiques à dynamiser, mais ce marathon de correction semble s’annoncer moins difficile et plus court que les autres. Mes bêta-lecteurs devront toutefois s’armer de patience : après ce retravail de mai, je laisserai s’écouler trois bons mois avant de refaire une nouvelle lecture, puis une deuxième salve de corrections. Mourir ne leur parviendra pas avant octobre ou novembre : qui sait si Aimer ne sortira pas avant ?

Et vous, avez-vous déjà des salons en perspective ? Si vous écrivez, cette succession de confinements vous a-t-elle permis d’améliorer votre rythme d’écriture ? En tant que lecteur, avez-vous pu lire davantage ? J’ai vraiment hâte de vous retrouver au détour des salons ! En attendant la reprise, je vous donne rendez-vous le 27 mai à 9h pour une interview en direct sur Radio Notre-Dame dans l’émission En quête de sens 😀

 

Photo du manuscrit de Mourir

J’ai pris un certain nombre de notes pour préparer le marathon correctif qui s’annonce. En bleu, je résume l’histoire, et en couleur je rappelle l’évolution des personnages… Cela me permet de m’assurer que le roman est cohérent dans son ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + 8 =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !