Le salon du livre… Et après ?

Avril 2017 touche à sa fin, et il est temps de donner quelques nouvelles de La Bibliothèque. Du côté de Grandir, après avoir rencontré Librinova sur le salon du livre, je me suis demandé si ce n’était pas l’occasion de changer de plateforme d’auto-publication. Pour mémoire, avec Amazon je ne gagne que 1,78€ par livre papier vendu à 14,77€, tandis que Librinova ne prélève rien sur le prix du papier en dehors des coûts d’impression. Après enquête, il s’avère que je touche aussi peu sur Amazon car Grandir fait 500 pages : mes 60% de droits s’en retrouvent donc grandement amputés, et je serais devenue millionnaire bien plus vite si j’avais eu la bonne idée de vendre 10€ un roman de 150 pages (dixit le flyer promotionnel de Kindle).

J’ai donc enquêté sur Librinova, et il en ressort un constat simple : c’est une excellente plateforme d’auto-édition, à condition d’y mettre le prix. L’équipe, quoique toujours cordiale et sympathique, se démènera plus pour vous si vous prenez le pack à 950€ que celui à 50€ (ce qui reste somme toute assez normal). Quant aux services proposés, ils m’ont paru assez chers, surtout en ce qui concerne le livre papier. La plus petite offre papier démarre à 250€, et il faut compter 100€ de plus pour être inscrit sur Dilicom, le réseau de commande des libraires. En sachant que cette inscription est gratuite est très simple (même si l’interface de connexion est très laide), cela m’a paru un peu cher… Quant aux autres formalités administratives, c’est du même acabit : la demande d’un ISBN se fait auprès de l’AFNIL (il suffit de remplir le formulaire téléchargeable sur leur site, et vous recevrez 10 ISBN pour le prix d’un timbre à 20g), et le dépôt légal à la BnF est entièrement gratuit (il faut simplement se procurer de quoi emballer le livre, après s’être inscrit sur leur site et avoir rempli la notice : l’envoi postal est offert).

Je n’irai donc pas sur Librinova… D’autant que Kindle est en train de développer son offre papier. Jusque là, pour publier au format papier sur Amazon, il fallait passer par Createspace, plateforme efficace et… Américaine, avec tout ce que cela suppose d’anglais et de fiscalité. Kindle était certes en français, mais réservé au format e-book. Sur le salon, j’ai découvert (avec un peu de retard peut-être, mais pas tant que ça puisqu’ils en sont encore au stade bêta) que Kindle permettait désormais de publier au format papier. Cela précisément pour se tourner davantage vers l’Europe, et rendre ce service plus accessible… Je n’ai pas encore franchi le cap, mais cela ne saurait tarder. J’attends simplement qu’ils ouvrent le service de commande d’exemplaires auteur… Ou qu’ils migrent d’office Createspace sur Kindle (je ne sais pas si c’est prévu : sur le stand d’Amazon, une personne m’a affirmé que oui, et une autre m’a certifié que non). Nous verrons par la suite si cela me permet de vendre mes exemplaires papier à des conditions plus avantageuses.

Enfin, j’ai le plaisir de vous annoncer que le recopiage de Vivre (puisque j’écris sur cahier) est aux trois quarts terminé. J’espère l’achever d’ici la fin de l’été 2017, et le relire début octobre, pour ensuite le faire suivre aux bêta-lecteurs et à ma correctrice préférée… Laquelle déterminera si Vivre peut ou non sortir en août 2018. Soyez rassurés, vous aurez de toute façon un extrait en exclusivité avant la fin de l’année ! Pour patienter, je vous invite à aller jeter un œil sur les nouvelles chroniques de Grandir : du très élogieux Parfum des mots à la moins enthousiaste Bibliothèque ambulante, les avis ne manquent pas sur le tome 1 de La Bibliothèque… Et si vous souhaitez mieux me connaître, pourquoi ne pas aller lire les interviews que j’ai données à La Livrothèque et Beltane lit en secret ?

Et vous, quelle plateforme d’auto-édition avez-vous choisie ? Cette question m’intéresse beaucoup et, si cet article vous a plu, vous aimerez sûrement les liens ci-dessous :
Le Guide de l’Écrivain en herbe vous propose une comparaison très instructive des différentes plateformes d’auto-édition
ActuaLitté étudie en détail l’offre de Librinova, et notamment son programme « En route vers le papier », qui offre de vous trouver un éditeur si vous parvenez à vendre plus de 1000 exemplaires de votre livre en 18 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − neuf =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !