« J’existe » – Émilie prend la parole

J’en ai assez.

– Assez de quoi ?

– Tu parles à ma place depuis trop longtemps. À partir d’aujourd’hui, c’est décidé, je reprends la main. Je suis Émilie, ton personnage. J’ai le pouvoir d’entrer dans les livres et de les vivre comme s’ils étaient réels, je les chroniquerai bien mieux que toi. Ce sont mes idées, mes expériences, mon histoire qui intéressent les gens. Je vis dans un monde futuriste à la technologie très développée, je sais lire et écrire les rêves : reconnais que ma vie est bien plus passionnante que la tienne.

– Je l’admets. Je n’aime pas me mettre en avant et je n’ai pas grand-chose à dire, tandis que tu as des idées sur tout et que tu adores occuper le devant de la scène.

– Je suis une héroïne, je n’ai pas le choix. À force, j’y ai pris goût, c’était couru d’avance.

– Justement, seras-tu capable de raconter tes lectures sans trop parler de toi ? Ce sont les personnages et les histoires qu’il s’agit de présenter, pas tes états d’âme. Je suivais un plan en trois parties, très structuré…

– Inutile de t’attarder, je suis au courant, tu as tout expliqué dans ton article sur l’art de chroniquer les livres. Tes textes sont très bien, ils ont leurs encenseurs, mais ils sont trop scolaires. On dirait des premiers jets de commentaires de texte pour le lycée. Avec moi, ce sera bien plus personnel. Je n’aurai pas peur de donner mon avis.

– Que fais-tu de mon actualité ? Comment l’aborderas-tu ? Je me doute bien que tu répondras présente pour parler de La Bibliothèque, mais Le Trésor de l’Entente Cordiale ne t’intéresse guère.

– Je suis ton premier personnage. Celui avec lequel tu as le plus de liens, celui qui te ressemble le plus. Je suis toujours avec toi. Je parlerai de tout, même de ce qui ne me concerne pas, et j’en parlerai mieux que toi. Tant mieux si cela n’a rien à voir avec mes aventures, ainsi je n’aurai pas trop l’air de faire ma propre publicité. Cela me donnera du crédit et me fera paraître modeste. Personne n’aime ceux qui parlent tout le temps d’eux-mêmes. Attention cependant, je ne disparaîtrai pas complètement : je tiens à signer mes articles. Ainsi, tout le monde comprendra que c’est moi qui parle, et ceux qui ignorent mon existence l’apprendront en douceur.

– J’ai peur que cela fasse bizarre sur Babelio, Facebook et Instagram. On verra mon nom, mais c’est toi qui signera…

– À ton avis, combien lisent tes chroniques sans savoir que j’existe ? Au moins, tes lecteurs se poseront des questions et auront peut-être la curiosité de venir jusqu’ici, voire, ô miracle, de lire le début des différents tomes de La Bibliothèque que tu as si généreusement mis en téléchargement libre sur ton site.

– Tu commences à me convaincre.

– Ce n’est pas comme si tu avais grand-chose à perdre. Bien sûr, tu as quelques abonnés précieux, des fidèles de la première heure, qui risquent d’être déroutés par ce changement de ton, mais peut-être cela leur plaira-t-il ? Quant à tes réseaux sociaux, ils volent au ras des pâquerettes, tu as l’impression que tes posts partent dans un trou noir à l’instant même où tu les publies. Au moins, même si tu continues à n’intéresser que de rares élus, nous nous amuserons ensemble plus souvent. Ton activité sera moins solitaire.

– Très bien, tentons le coup.

– Calme tes ardeurs, ton enthousiasme va me submerger… Tiens, pour te prouver ma bonne foi, concluons sur ton actualité. Tu as eu la chance d’être interviewée par TF1 au sujet du Trésor de l’Entente Cordiale, avec tes co-auteurs Michel Becker et Vincenzo Bianca : le reportage sera diffusé à la fin du journal de 20h en octobre, tu n’as pas encore la date exacte. Par ailleurs, les salons du livre repointent enfin le bout de leur nez : tu comptes t’inscrire au salon de Maisons-Alfort du samedi 11 décembre et enchaîner le dimanche 12 décembre avec un salon à La Chaussée-sur-Marne. Pour couronner le tout, tu as enfin donné Mourir à corriger et tu attends les premiers retours. Ton impitoyable correctrice en chef a lu trois pages et a déclaré que tu continuais à mettre trop de détails. Tu as beau en être à ton quatrième roman, tu ne peux pas t’empêcher de vouloir tout préciser comme dans un scénario de film. Tu n’arrives pas à le voir lors de tes premières corrections car tu te concentres sur le fond : tu n’as plus qu’à te préparer de bonnes lectures françaises pour améliorer ton style à l’aune de plus illustres prédécesseurs.

– C’est bon, tu as gagné ! À partir de maintenant, c’est toi qui animeras mon site internet et tous mes réseaux sociaux. Je répondrai aux commentaires uniquement s’ils s’adressent à moi et je te laisserai la parole le reste du temps. »

 

Tableau représentant l'avatar d'Emilie

« Afin de marquer la rupture avec les précédentes publications de La Bibliothèque, voici l’image qui me représentera sur les réseaux sociaux à partir d’octobre 2021. Ainsi, vous aurez tout le loisir d’imaginer mon visage ! » Émilie – Apprentie Bibliothécaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − deux =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !