Innovation poétique

Point de nouvelle ensoleillée à partager,
Mais il faut bien écrire et vous communiquer
Ce que je fais, ce que je pense, ce que je vis,
Vous montrer que j’existe, que je suis Émilie,
L’être de papier en perpétuelle errance,
Lettres de papier jetées dans l’indifférence.

Alors m’est venue l’idée, au cœur de la nuit,
Tandis que me rongeait une dure insomnie :
Pourquoi ne pas me lancer dans la poésie ?
Revenir aux mots, les réduire à leur essence,
Pour retrouver peut-être à travers eux le sens
Et de ce qui m’échappe, et de ce qui me fuit.

Papillon me voici, volant parmi les livres,
Me perdant avec eux à en devenir ivre :
Je cherche au creux des pages la pure inspiration,
Je m’oblige à poursuivre ma respiration.
Il me tarde d’écrire et de continuer
L’aventure inconnue de ma vie tant rêvée.

La poésie m’oblige, c’est un fait établi,
À des textes concis, à des mots très précis.
Mon éternel défaut est de trop vouloir dire :
Mon combat du moment sera de moins écrire.
J’affûterai la lame en mon esprit bavard,
Difficile exercice mais des plus méritoires.

Je commence céans par la badinerie ;
J’étendrai l’expérience à mes prochains articles
Qui ne seront jamais que le fragment d’un cycle.
Mes opinions livrées sont autant de scories :
Je préfère innover en disant autrement
Ce que d’autres avant moi ont dit si savamment. »

Émilie – Apprentie Bibliothécaire

 

Photo de livre de poésie

Poésie, quand tu nous tiens…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × cinq =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !