Actualité surprise !

En temps normal, vous auriez dû patienter encore deux semaines avant d’avoir une nouvelle actualité autour de La Bibliothèque, mais il se trouve que je pars en vacances aujourd’hui, et vous n’entendrez plus parler de moi jusqu’au 3 juin… Pour vous faire patienter, je remplace donc la chronique du jour par un peu d’actualité, afin d’illustrer mon activité en ce mois de mai 2017.

Première nouveauté : après le Salon du livre de Paris, j’ai découvert le Club de lecture des rencontres parisiennes sur Facebook. « Chouette ! » me dis-je en voyant la description. « Un groupe de lecture sur Paris, pour se rencontrer autour d’une table et parler littérature. Une seule interdiction, pas de roman de gare ni de fantasy, on ne parle que d’œuvres porteuses d’une véritable ambition littéraire. » Jusque-là tout va bien, sauf que Grandir a plutôt un gros pied dans la fantasy… Et une ambition littéraire démesurée. Prenant mon courage à deux mains, je poste tout de même un petit quelque chose sur la page du groupe, et me voici très aimablement invitée à venir parler de mon livre à la prochaine rencontre !

Inutile de vous dire que tout s’est très bien passé. Non seulement le restaurant a une bibliothèque en guise de murs, mais en plus l’ambiance est au rendez-vous. Les livres évoqués sont très variés, de La Grande Arche de Laurence Cossé (que j’ai maintenant très envie de lire) au Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari, en passant par On achève bien les chevaux de Horace McCoy. C’est un échange autant qu’un exercice, car il n’est pas toujours facile de parler d’un roman sans hésiter, se reprendre, cafouiller, oublier si on l’a lu il y a longtemps… Mais l’expérience est réussie, et je suis conquise par ce petit club !

J’ai aussi pour habitude d’aller aux rencontres Polyglot qui se déroulent sur Paris, afin de parler tour à tour allemand, anglais et espagnol. C’est l’occasion d’avoir des échanges insolites, et de distribuer quelques marque-pages… À condition de parvenir à résumer mon livre dans ces trois langues, ce qui n’est pas une mince affaire (je vous rassure, j’invente des mots dès que je commence à bafouiller). Prochaine étape : les tonnelles avec la librairie L’Établi d’Alfortville (qui vend Grandir au format papier, au cas où vous ne l’auriez pas encore acheté), et sûrement une tentative d’approche des bibliothèques parisiennes, dont Grandir ne peut décemment rester absent du catalogue.

Deux questions s’imposent pour conclure cet article. Lecteurs : où êtes-vous ? Où peut-on vous trouver et vous distribuer des marque-pages sans risquer de vous déranger ? Auteurs : comment faites-vous votre promotion en dehors d’internet ? Les bibliothèques et librairies vous soutiennent-elles dans des partenariats ? Enfin, que vous soyez dans l’un ou l’autre cercle, je vous recommande vivement de visiter la page Facebook du Club de lecture des rencontres parisiennes, et je lirai avec plaisir vos commentaires 😉

2 Commentaires

  1. Zélie
    23 Mai 2017

    Je suis dans le Nord de la France, Amiens. Si tu passes, fais moi signe, la librairie Martelle fait souvent des dédicaces et il y a ausis un polyglotte par chez nous 🙂

    • Pauline Deysson
      4 Juin 2017

      Bonjour Zélie,
      Merci pour l’information, je n’hésiterai pas si jamais je passe pas là ! Pour le moment je suis peut-être invitée au salon du livre de Loos près de Lille en novembre, on verra bien si j’ai le temps de faire un détour 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + sept =

Par ici, lecteur !

Cet article vous a plu ? Parlez-en autour de vous !