Vous êtes abonné(e) !

« J’ai embrassé l’aube d’été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombres ne quittaient pas la route
du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes
se levèrent sans bruit. »

Arthur Rimbaud, Aube

Merci, et à bientôt au détour d’un livre !