Gudú, le roi oublié, d’Ana María Matute

Autant vous l’annoncer tout de suite, cet article va s’avérer long et frustrant. Long parce que je vais vous raconter par le menu Gudú, le roi oublié, frustrant parce que vous ne pourrez jamais le lire, vu que ce roman espagnol n’est pas traduit en français. Je l’ai découvert lors d’un voyage à Barcelone : il m’a été conseillé par la personne chargée de me faire passer le test de niveau dans l’école où j’allais rester deux semaines. Dernière information avant de plonger dans cette histoire formidable : Ana María Matute siège à l’Académie royale d’Espagne, elle a reçu de nombreux prix et pourrait bien finir par obtenir le Nobel. C’est donc un auteur à lire (treize de ses œuvres ont été...

Lire la suite

Les mots perdus, de Catulle Mendès

Ce conte de 1888 fait partie de ceux qui se lisent une fois, et se retiennent longtemps. L’intrigue est simple : une fée, courroucée pour une raison que l’histoire ne dit pas, décide de punir le pays qui l’a offensée en rayant de la mémoire de ses habitants les mots « Je vous aime ». Privés de cette phrase toute simple, cette province finit bientôt par dépérir. L’amour existe toujours mais ne peut plus se dire, et toutes les romances périclitent… Jusqu’à ce que la fée se retrouve prise à son propre piège. On retrouve dans Les mots perdus le style élégant du XIXème siècle : des phrases longues, bien construites, efficaces, poétiques et non dénuées de satire dans l’exagération des caractères. Ainsi du rire de la fée « qui...

Lire la suite

Le Château de Hurle, de Diana Wynne Jones

J’ai lu ce roman après avoir vu Le Château ambulant, de Hayao Miyazaki, qui en est tiré. Mon avis ? Un livre drôle, astucieux, bien écrit et parfaitement cohérent, qui se dévore et que j’ai préféré au film des studios Ghibli. Nous suivons l’histoire de Sophie, fille aînée d’un chapelier, consciencieuse, intelligente, belle sans le savoir et possédant bien d’autres dons, qui seraient restés ignorés si la Sorcière du Désert ne l’avait pas transformée sans raison en vieille femme. C’est pour lever la malédiction qui la frappe (et pour passer la nuit) que Sophie pénètre dans le château ambulant. Elle y rencontre deux personnages plutôt originaux : Hurle, puissant sorcier, narcissique et irresponsable comme un adolescent, et...

Lire la suite

Blanche-Neige et ses versions

Blanche-Neige est un des contes les plus célèbres et les plus repris. Pourquoi fascine-t-il autant ? La princesse, belle et naïve, ne se démarque pas des autres héroïnes de contes de fées. Il faut donc que l’originalité de cette histoire réside ailleurs, notamment dans le personnage de la reine, belle, cruelle et sorcière : autant de caractéristiques que peu d’antagonistes féminins réunissent dans les textes de Grimm. Pourtant, cela ne suffit pas, et peut-être est-ce le mélange de ces éléments avec le comique des nains, et le réalisme de certaines situations, qui fait l’originalité du conte, et a donné lieu à autant de réinterprétations. Avant d’évoquer les reprises, rappelons la première version des frères Grimm. J’ai été frappée...

Lire la suite

Le conte du genévrier, des frères Grimm

Le conte du genévrier commence comme Blanche-Neige. Il y a du sang sur la neige, il y a une marâtre et un enfant persécuté ; mais cette fois l’enfant est un garçon, et l’histoire tourne vite à la tragédie Atride. J’ai rarement lu un conte d’une telle noirceur, où les actions sanglantes côtoient l’innocence la plus pure. L’écriture est légère, presque poétique, et l’horreur succède sans prévenir à la joie de vivre. Le bon et le mauvais s’enchaînent à un rythme haletant : l’indifférence du narrateur devant les événements n’est pas sans rappeler la dureté de la vie elle-même, qui poursuit son cours quoi qu’il arrive. On retrouve également dans Le conte du genévrier beaucoup de symbolique. Le cercle...

Lire la suite

Ewilan, de Pierre Bottero

Ewilan, c’est une série de trois trilogies : La Quête d’Ewilan, Les Mondes d’Ewilan, et Le Pacte des Marchombres. Neuf livres qui ont le mérite d’être français, la chance d’avoir été superbement illustrés, et la qualité principale d’un bon roman jeunesse : faire rêver vite, loin et pour longtemps. Les trois histoires se déroulent dans le même univers. Des deux premières trilogies, je retiens la somptueuse description du pont de diamant d’Al-Jeit, le personnage attachant de Salim, Camerounais issu des cités, et l’idée du Dessin : la capacité à projeter dans le réel des choses issues du monde de l’Imagination. Le Pacte des Marchombres reprend l’histoire du point de vue d’Ellana. Ce personnage,...

Lire la suite

Cendrillon, de Perrault et de Grimm

Cendrillon est un conte universel. Qui ne connaît pas l’histoire de cette pauvre fille maltraitée par sa belle-famille, dont la beauté et la gentillesse triomphent lorsqu’elle épouse le prince que ses méchantes sœurs convoitaient ? La juste récompense de la bonté et de l’innocence se retrouve dans de nombreux contes de fées : alors pourquoi Cendrillon est-il un des plus populaires ? Que ce soit chez Grimm ou Perrault, il y a ce détail qui n’en est pas un : la pantoufle qui permet au prince de retrouver sa dulcinée. Au-delà de la métaphore sexuelle évidente, c’est aussi le parallèle sentimental de deux âmes qui trouvent chacune « chaussure à leur pied ». C’est ce côté unique de l’amour vrai, qui ne repose pas simplement...

Lire la suite