Cendrillon, de Perrault et de Grimm

Cendrillon est un conte universel. Qui ne connaît pas l’histoire de cette pauvre fille maltraitée par sa belle-famille, dont la beauté et la gentillesse triomphent lorsqu’elle épouse le prince que ses méchantes sœurs convoitaient ? La juste récompense de la bonté et de l’innocence se retrouve dans de nombreux contes de fées : alors pourquoi Cendrillon est-il un des plus populaires ? Que ce soit chez Grimm ou Perrault, il y a ce détail qui n’en est pas un : la pantoufle qui permet au prince de retrouver sa dulcinée. Au-delà de la métaphore sexuelle évidente, c’est aussi le parallèle sentimental de deux âmes qui trouvent chacune « chaussure à leur pied ». C’est ce côté unique de l’amour vrai, qui ne repose pas simplement...

Lire la suite

À la Croisée des Mondes, de Philip Pullman

J’ai lu cette trilogie deux fois : les deux premiers tomes m’ont emballée, et le troisième m’a beaucoup déçue. C’est une œuvre riche de métaphores intéressantes, bien qu’à mon sens la fin soit en dessous du reste de l’histoire. Il n’en reste pas moins que l’écriture est fluide, et le texte agréable à lire. J’aime beaucoup l’idée des Daemons, ces créatures qui représentent l’âme de leur propriétaire, et changent de forme tant que leur maître n’est pas devenu adulte. Ils sont le reflet d’une âme qui s’est trouvée, tout comme un enfant, de malléable qu’il est à la naissance, devient peu à peu un être fini. Les Royaumes du Nord, avec les sorcières et le personnage de Iorek, m’ont également beaucoup plu par leur contraste avec l’académie...

Lire la suite

La petite souris grise, de la Comtesse de Ségur

J’adore tous les contes de la Comtesse de Ségur : ils donnent à voir un univers original, des personnages attachants et des histoires pleines de rebondissements. Pourquoi, alors, choisir d’écrire sur ce conte plutôt que sur un autre ? Peut-être parce que, de tous ceux que la Comtesse a écrit, c’est celui dont l’héroïne est la moins parfaite. Rosalie est la fille d’un génie. Elle est née pendant un conflit critique entre son père et la fée Détestable : celle-ci a profité d’un moment d’absence pour s’introduire auprès du nourrisson et la doter de tous les défauts possibles. Son père est parvenu à la sauver de justesse… Mais la fée a tout de même eu le temps de lui donner une dévorante curiosité. Le conte est le récit du combat de Rosalie contre cette curiosité....

Lire la suite