La Princesse de Clèves, de Madame de Lafayette

La Princesse de Clèves pourrait se résumer en une question : pourquoi ? Pourquoi la Princesse n’épouse-t-elle pas M. de Nemours une fois libre ? Pourquoi fait-elle au Prince de Clèves« un aveu que l’on n’a jamais fait à son mari » ? Cette histoire est celle de l’amour, de la frustration et du bonheur. Une remarque importante avant de commencer, et applicable à tous les romans d’avant le XXème siècle ou presque : pour bien les comprendre, il faut systématiquement remplacer le mot « vertu » par « bonheur ». Dans l’Ancien Régime, la vertu, la bonne conduite morale, revêt une importance cruciale, qui nous paraît dépassée aujourd’hui, alors qu’elle est toujours d’actualité, mais sous un autre nom : le bonheur. Héritage direct de la Grèce antique et du...

Lire la suite

L’Histoire sans Fin, de Michael Ende

Titre parfait pour un livre parfait ! Michael Ende manie la mise en abyme avec un art consommé, et cette œuvre est un des grands contes philosophiques du XXème siècle. Dans cette histoire, la magie n’occupe pas une place anodine : au-delà d’un simple monde fantastique, Fantasia représente tous les rêves et les cauchemars des humains. Rêves et cauchemars, car la dualité est omniprésente : Atreju est le double de Bastien, deux sphinx gardent l’entrée du temple, le désert aux mille couleurs est l’envers de la forêt nocturne, le loup maléfique et les insectes monstrueux côtoient les fées et le dragon magique… Si Bastien se définit par rapport au héros Atreju, il laisse, une fois entré à Fantasia, la part belle à sa propre personnalité, qui s’assombrit au fur et à...

Lire la suite